The Mighty Blog

Elektra #1

De tous les titres de la nouvelle vague All-New Marvel NOWElektra est un de ceux qui me tentaient le moins. Pourtant, après les claques Magneto et Moon Knight j'ai décidé de lire le premier épisode, qui s'est avéré être une claque monstrueuse, et probablement un des plus beaux comics de l'année...

Honnêtement, une série sur Elektra n'est pas ce qui me tentait le plus avant d'avoir lu ce numéro. La dernière mini, durant la période Dark Reign n'était pas mauvaise mais vite oubliée. Depuis son apparition dans les Thunderbolts (mal écrite par Way, peu utilisée par Soule), le personnage semblait avoir regagné de l'intérêt, jusqu'à l'annonce surprenante de sa série dédiée. Rien ne m'attirait donc, mais les premières previews (éparpillées dans l'article) m'ont convaincu de donner une chance au titre. C'était la meilleure décision artistique de l'année, probablement.
Elektra 001-003

L'histoire est classique : après un rappel rapide de l'histoire du personnage (fait de la plus belle des manières, mais on y reviendra), l'intrigue se développe autour de trois tueurs à gages, qui se traquent entre eux, dont Elektra fait partie. Une part importante est dédiée aux sentiments du personnages, et son ressenti dans un monde qu'elle ne comprends pas. Tout le numéro a une atmosphère mélancolique dans les passages avec l'anti-héroïne, qui fonctionne assez bien. Le nouvel ennemi présenté est assez prometteur, et pourrait s'avérer dingue si on laisse l'auteur faire ce qu'il veut avec.

Elektra 001-004

Mais en voyant les previews, vous l'avez compris, vous ne lirez pas forcément la série pour son scénario, parfois un peu convenu, mais qui marche quand même. Non, ce sont les peintures de Michael Del Mundo, qu'on avait vu sur les somptueuses couvertures de X-Men Legacy qui retiennent l'intention. Chaque page est une peinture plus somptueuse que la précédente, digne d'être encadrée ou exposée dans un musée. Je m'emporte peu souvent sur la partie artistique d'une série, mais il est impossible de rester insensible face à la qualité artistique de ce numéro, irréprochable de bout en bout. La narration est fluide grâce justement au style, et les deux premières splash-pages sont de vraies œuvres d'art qui élève le niveau de ce comics, et du genre en particulier, très haut.

Elektra 001-000Elektra #1

Marvel Comics • par W. Haden Blackman et Michael Del Mundo • $3.99
Si le personnage ne vous plait pas, donnez quand même sa chance au numéro. Prometteur pour la suite, mélancolique, Elektra vaut surtout pour les peintures de Michael Del Mundo, qui met une énorme claque du début à la fin. Un des plus beaux comics que j'ai lu, dans ce style au moins, et je ne demande qu'à lire la suite.