The Mighty Blog

Fantastic Four #645

Voici le dernier épisode des Fantastic Four. Voici donc la fameuse fin qui fait scandale depuis des mois. Voici comment James Robinson termine le cycle qu'a commencé Stan Lee et Jack Kirkby en 1961. La fin est-elle réellement FOURever ?

Depuis la création du groupe de Reed Richards, un homme travaille dans l'ombre pour anéantir la petite famille fantastique. Cet homme est le Quiet-Man, un personnage mystérieux qui n'a perdu son identité et qui n'a plus de visage. Il a décidé de passer à la vitesse supérieure afin de réduire à néant Reed en libérant dans les rues de New-York les monstres réfugiés dans l'univers de poche créé par Franklin Richards après le combat contre Onslaught. Les Fantastic Four n'ont plus d'autre choix que de tenter le tout pour le tout pour arrêter la folie.

L'urgence. C'est avec ce sentiment que James Robinson amène la série à son arrêt. Tout se passe rapidement et tout semble possible. À chaque instant, à chaque page, à chaque case même, on pense que quelque chose de terrible va arriver à l'un de nos héros. Lequel tombera ? Qui sortira indemne du plan machiavélique du Quiet-Man ?

Avant de répondre à tout ça, pour ceux qui ne souhaitent pas se gâcher la surprise, je tiens à préciser que James Robinson a fait un sans-faute. Il a ramené l'essence des Fantastic Four et il nous rappelle à chaque instant pourquoi ce groupe existe au sein du Marvel Universe.

Ensuite, il faut aussi dire que les 4 backup stories - chacune focalisant sur un des membres du groupe - sont excellentes. Louise Simonson n'a pas perdu son talent. Son récit - dessiné par David Marquez - nous montre Sue dans son rôle de mère. Son rapport avec Franklin est plus que touchant. Karl Kesel et Joe Bennett s'intéressent à Johnny Storm et  comment il fait face aux conséquences de ce dernier épisode. Tom DeFalco et Tom Grummett réalisent une histoire sur Ben Grimm, ce monstre au cœur tendre. Enfin, Jeff Parker et Pascal Campion nous racontent un moment père/fille avec Reed et Valeria à la plage.

Enfin, Leonard Kirk est un dessinateur de talent. Son art séquentiel est sans reproche. Il joue avec le script pour créer certaines confusions pour ne pas gâcher les surprises. Bref, il contribue à la réussite de cet épisode. Et de ce run qui est excellent de bout en bout.

Je sais que vous vous voulez savoir ce qui se passe. Sinon, je vous invite à sauter ce paragraphe et à passer à l'encadré de conclusion ci-dessous. Pour les autres, cet épisode signe... le retour des Fantastic Four. Johnny retrouve ses pouvoirs, l'équipe retrouve le Baxter Building, la Future Foundation peut vivre désormais avec leurs aînés, l'équipe s'est trouvé de nouveaux compagnons et Reed veut continuer le combat aux côtés de ses amis, de sa famille. Oui, cette fin ressemble à ce que l'on appelle communément sur internet un troll, une manière de polémiquer avec un ton sardonique. Les FF sont prêts à rentrer dans les événements de Time Runs Out. En tout cas, ce n'est pas ici que Marvel met un terme à l'équipe. Faut-il attendre Secret Wars ? Peut-être. Mais, bon, personnellement, je reprendrais bien un peu de Fantastic Four par Robinson et Kirk.

Fantastic-Four-645-CoverFantastic Four #645

Marvel Comics • Par James Robinson, Leonard Kirk... • $5.99
Fantastic Four se termine avec un excellent dernier épisode. L'action est intense et nous sentons l'équipe en danger pendant le climax de la situation. Robinson a bien géré sa barque et nous surpend à la fin de l'épisode. Très bon boulot !