The Mighty Blog

FCBD Divergence

Cette année, le fascicule principal de DC Comics pour le Free Comic Book Day s'appelle Divergence. Il s'agit d'une vision du futur nous dévoilant ce qui attend à partir de juin dans trois des séries phares de l'éditeur. Deux d'entre elles ont un statu-quo changé et l'autre risque de changer grandement l'univers DC

Comme le montre la couverture hideuse que même un stagiaire de 3ème n'aurait pas osé fournir, ce numéro est décomposé en trois parties. On aura donc le droit à une mise en bouche de Batman par Scott Snyder et Greg Capullo, une de Superman par Gene Luen Yang et John Romita Jr et un aperçu de Darkseid War qui bouleversera la série Justice League de Geoff Johns et Jason Fabok. Des séries qui vont être bouleversées par les changements entamés dans leur numéro 40 respectif. Dan Didio ouvre ce fascicule avec un prologue dans lequel il nous invite à "attendre le non-attendu". Pourtant, les trois mises en bouche semblent déjà vues.

Débile, serait le terme qui m'est venu en tête à la fin de la lecture de la courte-histoire de Batman. Je sais, je suis extrême mais tout parait... Débile. Je ne vous ferai pas le pamphlet habituel à propos de Snyder semblant omettre volontairement la continuité inter-séries. Même si cela nous travaille forcément en voyant que Batman a été franchisé et que l'héritage n'est pas disputé par les membres de la Bat-Family. Ni Jason Todd ni Dick Grayson ni Damian Wayne ni même Alfred Pennyworth ne reprennent le flambeau compromettant l'identité de l'ancien Batman. Les annonces montrent que cela n'ira pas dans ce sens et nous arrivons à la même situation grotesque qu'à la fin de la trilogie de Nolan. Ou alors, les habitants de Gotham City sont vraiment cons. On peut en douter parce qu'ils ont deviné ce qui est arrivé à Batman au fin fond d'une cave hors de la ville. Du coup, avec une telle augure, je pense qu'ils viendront à faire le lien entre la mort de Batman et la disparition de Bruce Wayne. Sincèrement, Batman #41 devra être très solide pour justifier tout ça. Dernier point, afin de contredire Monsieur Didio, cette situation est déjà vue un peu trop de fois. Et DC n'arrive pas à nous le vendre comme quelque chose d'inédit. Là, je pense aux conséquences de Knightfall avec Jean-Paul Vallet remplaçant Batman. D'ailleurs vu le contexte et l'intérêt que peut succiter la situation décrite par Snyder, j'aurais préféré quelque chose de plus proche de Reign of the Supermen. Bien sûr, que DC joue avec les mots, nous avons bien compris que la personne dans le costume n'a jamais été Batman avant.

Débile, serait le terme qui m'est venu en tête à la fin de la lecture de la courte-histoire de Superman. Ce qui est débile c'est le fait de revenir à quelque chose de plus proche des Action Comics de Grant Morrison après avoir voulu s'en éloigner drastiquement après le départ du scénariste. La situation pourrait être sympathique si cela ne semblait pas forcé. Je me dis que la relation entre Clark et Lois pourrait s'avérer interessante. Mais, sérieusement, qui est-ce qui croit que Superman soit obligé de vivre dans un motel lui qui a une forteresse de solitude et des potes qui ont une base spatiale capable de l'accueillir lui et Jimmy Olsen ? Moi, j'y crois pas. Et puis, même, il pourrait passer le plus clair de son temps à survoler Metropolis et à faire ce qu'il fait habituellement. Il serait bien sûr triste de ne pas avoir son confort d'antan et de paraître humain. Mais, je ne comprends pas pourquoi, maintenant, il se sente obliger de se cacher. En fait, nous revenons au même problème que sur Batman : une situation sympathique mais que DC nous vend très mal.

Heureusement, DC se rattrape avec la courte histoire de Justice League nous révélant des événements futurs et un danger venant du passé de Wonder Woman qu'on a aperçu dans le numéro 40 de la série. Les premiers sont contradictoires avec ce que nous avons lu de Batman dans ce même fascicule alors que les deux séries partagent la même continuité. Le second rend encore plus médiocre le premier arc de Meredith Finch sur la série Wonder Woman. Le personnage de Johns est tellement plus charismatique que Donna Troy (version New 52). Là, encore, nous avons une sensation de déjà vu. Plutôt dans la manière de faire que dans la situation, je trouve dommage que Johns qui est un scénariste au talent fou ne se renouvele pas. En revanche, Jason Fabok m'a surpris. Je reconnais la force de son trait mais il avait jusque-là des faiblesses de cadrage et de narration visuelle. Ici, il se rattrape. C'est bien, il mérite sa place.

Divergence-FCBD-001-CoverFCBD Divergence

DC Comics • Par Scott Snyder, Gene Luen Yang, Geoff Johns, Greg Capullo, John Romita Jr & Jason Fabok • Gratuit
Batman et Superman m'ont déçu parce que les changements de statu-quo semblent précipités et pas autant mûrement réfléchi et réalisé que les changements faits dans la trinité de Marvel. C'est tellement grossier que ça en devient débile. Côté Justice League nous avons une sensation de déjà-vu ce qui est dommage puisque la narration est solide.

  • MC Twhip

    Tu as lu Batman #40 ? J'ai lu les deux d'affilée et ça me semble cohérent (petite dédicace à Todd avec les journalistes), même si je n'espère pas que ça perdure et qu'il nous fasse un RIP bis !

    • Les deux ne sont pas incohérents en soit. Mais les funérailles de Batman par le peuple de Gotham sont... Étonnantes. Batman est mort dans une cave loin des yeux de tous.

      La situation sera certainement terminée dans Batman #50.

      Sinon oui j'ai lu Batman #40, double critique ici : http://themightyblog.fr/2015/05/batman-40/ 😉

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs