The Mighty Blog

Forever Evil #2

L'event DC Comics continue. Le Villain Month étant terminé, on sait que nos futurs justiciers sont tous instables, psychotiques ou très violents. Mais on n'a rien appris d'autre. Du coup, c'est toujours aussi intrigué que j'ai entamé la lecture de cet épisode.

La Justice League est morte c'est ce que clame leurs alter-egos maléfiques venus de Earth-3, le Crime Syndicate. Mais Lex Luthor prépare la vengeance de notre planète...

Et c'est là où Geoff Johns impose son style. Les pages dédiées à Lex Luthor parti chercher son co-équipier sont tout simplement géniales. Elles le sont parce qu'elles présagent le meilleur pour la suite. L'équipe ne pourra être qu'instable mais dirigée par la personne qu'il faut. Johns écrit Luthor sans lui donner un rôle héroïque. Il fait ce qu'il a à faire. Point. Maintenant le hic, c'est qu'après avoir lu l'épisode du Villain's Month dédié à Bizarro, on a une impression que les origines New 52 du bonhomme ont changé en quelques semaines. Encore une preuve de la défaillance de l'édito DC.

L'autre principale partie de l'épisode est consacrée au Crime Syndicate. On retiendra qu'ils sont méchants et sans-pitié et qu'Ultraman a un anus indestructible [ça m'a fait rire désolé -NdR]. Cette partie est moins bien gérée. Johns nous annonce d'ores et déjà ce qui ressemble à un Deus Ex Machina qui conclura l'event. Mais à force de parler de cet homme cagoulé et ligoté qui est présenté comme la seule véritable menace pour le Crime Syndicate, l'effet devient lourd. Dans un sens, ça ressemble fortement à ce qui arrive chez la concurrence dans Infinity avec Captain Universe, mais connaissant Johns je pense que ce personnage mystérieux fera emboîter la Justice League sur un autre événement donnant un côté pas fini à Forever Evil.

La dernière partie scelle le destin de notre Justice League et est assez accrocheur pour donner envie de lire la suite.

Forever-Evil-2-coverForever Evil #2

DC Comics • "Forever Evil part 2 of 7" Par Geoff Johns & David Finch • $3.99
Geoff Johns continue lentement son histoire mais il en pose les jalons et, à la fin de l'épisode, on sent que le rythme va accélérer. Il sait où il va mais je ne suis pas convaincu d'aimer la fin qu'il nous prépare. À voir donc. En tout cas, sa manière d'écrire Lex Luthor face à cette situation est véritablement plaisante.