The Mighty Blog

Forever Evil #5

Ça y est les méchants de DC Comics se sont réunis et forment une équipe pour combattre l'oppression représentée par le Crime Syndicate. Et tout ça devant les yeux de Batman. Un épisode qui est régit par de la baston mais ce n'est pas pour autant décérébré.

Batman et Catwoman étaient à la merci de membres du Crime Syndicate, la version maléfique de la Justice League provenant de Terre-3. Heureusement, ils sont secourus par Sinestro qui rejoint les rangs de l'équipe de super-vilains défenseurs des opprimés qu'a formée Lex Luthor.

Depuis le début de la Justice League par Geoff Johns, il y a un quelque chose qui me manque : la cohésion de groupe. Chaque arc, il y a un conflit entre les membres ou un d'eux qui ne fait pas confiance aux autres (bon, normal il y a Batman dans l'équipe) ou ils s'engueulent. Eh bien, Geoff Johns fait un joli pied de nez à cette mouvance en donnant à l'équipe de Lex Luthor cette cohésion qui manque aux super-héros tout en restant une équipe de super-vilains avec des méthodes plutôt radicales. En résumé, il s'agit de l'équipe idéale pour vaincre le Crime Syndicate.

L'épisode pourrait être une longue baston écervelée mais Johns n'en a pas envie. Il l'utilise cette action à multiples fins. D'abord introduire un nouveau membre à l'équipe, ensuite d'assimiler Batman et Catwoman au groupe et, enfin, de donner la confiance aux "héros" qu'ils sont capables de vaincre leurs ennemis. Mais Johns nous réserve une ultime surprise bien intrigante.

Bon, j'écris ça là mais vous n'êtes pas obligé de lire* : j'apprécie les dessins de David Finch de plus en plus. Ses scènes d'action me paraissent moins brouillonnes et surtout il n'abuse pas des nombreux traits grossiers pour essayer de masquer ses défauts.

* mauvaise foi activée.

Forever-Evil-005-CoverForever Evil #5

DC Comics • Par Geoff Johns & David Finch • $3.99
Forever Evil continue et s'approche tout doucement vers la fin. L’équipe est formée et l'affrontement final risque d'être un grand moment. En tout cas, c'est l'impression qu'on a en lisant cette fin d'épisode. Johns a créé une dynamique de groupe incroyable pour cette équipe improbable. Rien que pour cela cet événement mérite la lecture.