The Mighty Blog

Forever Evil #7

Suite et fin de Forever Evil qui est publié avec pas mal de retard. Cela donne, du coup, l'impression que l'on connait déjà tout des conséquences de l'event. Heureusement, DC Comics avait réussi à garder précieusement la surprise finale (mais qu'on voyait quand même venir).

Lex Luthor a-t-il sacrifié Dick Grayson ? C'est sur ce postulat qu'on a laissé nos antihéros. Quant au Crime Syndicat, leur pire ennemi a été révélé et risque de leur botter les fesses... Et au reste de notre monde aussi.

Geoff Johns fait du Geoff Johns. Pas forcément ce que l'on préfère de lui à vrai dire. Cet épisode ne ressemble en rien à une conclusion mais plutôt à une construction. Clairement, cet épisode prépare l'avenir pouvant laisser un goût d'inachevé au reste de l'histoire.

On le voyait pourtant arriver sans vouloir y croire. De ce fait, les héros reviennent sans trop d'explications sur leur détention (on gardera alors l'atroce Justice League Of America comme référence sur ces événements) et Johns nous balance des deus ex machina pour que les héros gagnent. Enfin les héros... Plutôt : pour que Lex Luthor gagne.

Parce qu'il s'agit de lui, le véritable héros de l'histoire. Il sauve le monde, prouvant même qu'il mérite sa place au sein de la Justice League. Pour cela, Johns n'hésite pas à user de facilités scénaristiques. Par exemple, Luthor arrive à rendre Batman un peu ridicule en arrivant avec un plan pour sauver Grayson alors que le "plus grand détective" n'en avait pas, lui. Et, Luthor arrive également à vaincre les membres du Crime Syndicate. Même si pour vaincre Mazmahs, cela suit une bonne logique, pour le reste c'est un peu piqué des hannetons.

Mais on termine l'épisode avec la bonne surprise de voir que le Crime Syndicate refera parler de lui. Bonne ? Parce que cet épisode apporte de nouveaux éléments sur leur mythologie qui mériterait d'être bien plus explorés. Cela contribue encore à cette sensation d'inachevé.

En soit l'épisode est quand même sympathique et Johns fidélise son lecteur qui va attendre la suite avec impatience mais le côté event inachevé est très frustrant. Mais il y a vraiment des choses qui marchent bien et qui font plaisir. Et c'est ça que l'on adore chez le scénariste justement. La scène entre Bizarro et Luthor est magistrale et, bien qu'on regrette ce qu'il se passe, on se dit que cette scène devait arriver. Les multiples trahisons du Crime Syndicate prouvent ce que l'on pouvait penser d'eux. Enfin, la meilleure chose de l'épisode, le destin d'Ultraman que je vous laisse découvrir.

Toujours en parlant de frustration: les deux révélations finales. La première est la découverte de Lex Luthor qui fait référence clairement au (superbe) run de John Byrne sur Superman en 1987. En soit, ce n'est pas gênant, mais ce genre de clin d’œil - et surtout vu comme cela est amené - pourrait justifier la scène alors qu'ici, cela semble tomber comme un cheveu sur la soupe. Enfin, la scène finale présentant un personnage qui n'existait pas encore au sein des New 52. On revient au même problème qu'à la fin du précédent épisode. On nous annonce la grosse surprise qui plaira aux vieux fans de DC Comics mais qui oublie complètement qu'il s'adresse également à un public qui découvre l'univers DC par le biais des New 52.

Graphiquement, c'est signé David Finch... J'avais cru qu'il s'améliorait à un moment donné mais, au final, non. C'est hachuré dans tous les sens pour tenter de cacher ses faiblesses mais je trouve ça réellement maladroit. Surtout que sous cette couche de hachures, il y a du potentiel... Bien sûr, si on oublie les perspectives hasardeuses,  sa nouvelle façon de déformer les visages (cf. Catwoman ci-dessus) et les scènes un chouïa brouillonnes.

Forever_Evil_Vol_1-7_Cover-1Forever Evil #7

DC Comics • Par Geoff Johns & David Finch • $3.99
Forever Evil est terminé... Enfin, la série est terminée mais l’histoire continue. On s'en doutait mais c'est réellement dommage d'avoir un event qui ne conclut pas réellement l'histoire et qui s'occupe principalement à construire l'avenir. Mais, si on ne s'arrête pas à ça, Johns offre un bon épisode avec de chouettes moments et une relation Luthor/Bizarro très réussie.