The Mighty Blog

Free Comic Book Day 2014 chez les indés

De longues années après avoir commencé de lire des comics édités en France, à enrichir ma (mes) bibliothèque(s), à agacer mes parents et à appauvrir mon portefeuilles, me voici en 2014 à effectuer mon premier Free Comic Book Day. Si beaucoup jusqu’ici se sont intéressés aux numéros sortis par les grands éditeurs français et américains (Panini, DC, Delcourt ou Marvel), peu se sont penchés vers les éditeurs indépendants. Alors je me porte volontaire.

Vous trouverez ci-dessous les critiques des numéros FCBD édités par Valiant, Dark Horse, Aspen, Oni Press et Archie Comics.

Valiant

RS FCBD-ValiantUniverse

Depuis près d’un an j’entends régulièrement parler de Valiant dans la sphère des amateurs de comics français. Force est de constater d’ailleurs que Panini Comics a eu le nez creux puisque très régulièrement un nouvel album de la refonte de Valiant paraît en librairie. Ne connaissant rien à cet univers si ce n’est ce que j’ai pu en lire ou entendre chez mes camarades critiques, j’ai été très enthousiaste en sachant que l’éditeur proposerait deux numéros pour le Free Comic Book Day.

Le premier prend des allures de catalogue ou d’encyclopédie, au choix. Valiant Universe #1 présente un par un chacun de ses protagonistes principaux, avec une plus ou moins longue description de qui ils sont. Avantage : ça permet de cerner rapidement la grande variété de personnages qui compose cet univers. Inconvénient : ces descriptions détaillent les événements survenus dans chaque série jusqu’à mai 2014.

Résultat, je n’ai fait que feuilleter ce numéro, m’intéressant plus aux tableaux descriptifs (Vrai nom, pouvoirs, alliés et ennemis connus) qu’aux résumés des intrigues. Les nouveaux venus comme moi apprécieront cependant de découvrir en toute fin le résumé des différents volumes disponibles, en couvertures dures ou souples. Avis aux complétistes et adeptes de la VO !

RS FCBD-ValiantFirst

L’autre numéro proposé par Valiant est estampillé Valiant First. Il s’agit de la prochaine initiative éditoriale de Valiant : proposer tous les mois à partir de mai une nouvelle série au numéro 1. Cette opération commence avec Rai, dont 7 pages d’aperçu sont disponibles, puis se poursuivra avec Armor Hunters (avec 5 pages d’aperçu ici), The Delinquents en Août (qui réunira les deux duos Quantum & Woody et Archer & Armstrong) et Doctor Mirage en septembre.

Intéressons-nous maintenant aux fameux aperçus de ce numéro Valiant First. Ça commence donc par Armor Hunters, qui voit des soldats russes affronter deux extraterrestres (on suppose) à la recherche de l’armure du héros d’X-O Manowar (on suppose là encore).

Cinq pages, c’est peu pour se faire une idée de ce que pourra donner ce prochain événement de l’univers Valiant mais on peut supposer des rebondissements intéressants pour l’ensemble des protagonistes. À noter que ce cross-over touchera donc les séries X-O Manowar et Unity et deux mini-séries de 3 numéros feront leur apparition, consacrées à Bloodshot et Harbinger, constituant ainsi les numéros 1 pour juillet dans l’opération Valiant First.

Côté dessin, le duo Doug Braithwaite et Laura Martin, respectivement aux crayons et à la couleur, offre des dessins très propres, bien proportionnés, avec des visages réalistes comme je les affectionne. Un des points les plus prometteurs de la série à venir. Pour finir, on appréciera la couverture de Jorge Molina, toute en puissance.

Robert Venditti domine clairement ce numéro FCBD avec deux pages d’interview consacrée à X-O Manowar et Armor Hunters. Puis on découvre les 3 premières pages du numéro 24 de X-O, avec un héros aux prises avec Malgam, un extraterrestre souhaitant lui aussi mettre la main sur son armure. Un combat donc, plutôt bien mis en scène par Diego Bernard.

Enfin, je l’ai cité en premier mais il conclut ce numéro, l’univers de Rai se dévoile enfin. Et je suis assez surpris que les premières pages disponibles ne nous montrent justement pas le protagoniste principal. On découvre donc le Japon de l’an 4001 au travers du discours et du regard d’une jeune adolescente qui nous présente les spécificités de ce futur atypique.

Mais au-delà des aspects intrigants tant de la narration que de cet environnement, on admire chaque case de Clayton Crain avec des étoiles dans les yeux. Il fallait sûrement un artiste de sa trempe pour mettre en images le scénario de Matt Kindt. Les admirateurs de l’un ou l’autre de ces deux artistes seront comblés.

Pour conclure, mes premiers pas dans l’univers Valiant sont plutôt positifs et j’attends avec impatience le moment où je pourrais y plonger plus longuement.

Dark Horse

RS FCBD-DarkHorse

Si Valiant a été généreux en termes de quantité, on peut en dire de même en ce qui concerne la qualité du numéro FCBD de Dark Horse. Loin de ses deux univers phares (Star Wars et Hellboy), l’éditeur a choisi de confier à Fred Van Lente l’écriture de Project Black Sky, une histoire du type team-up réunissant deux super-héros du Cheval Noir, Captain Midnight et Brain Boy.

Sachez pour commencer que vous n’avez pas besoin de connaître les personnages pour apprécier cette histoire, les présentations sont faites très rapidement. L’un est une sorte de Captain America en moins patriote et plus pilote d’avions, l’autre est l’archétype classique du sale gosse télépathe arrogant.

Un des secrets du gouvernement vient d’être dérobé aux alentours de Las Vegas et les autorités confient au duo le soin de le récupérer. Suprise : il s’agit d’un gorille savant doté de super-pouvoirs. Évidemment, ce n’est pas la réelle menace, comme on est en droit de s’y attendre.

Je vantais au début la qualité de ce numéro car effectivement, même si les ficelles sont classiques, on passe un agréable moment. On doit les dessins de Project Black Sky à Michael Broussard et les couleurs à Dan Jackson pour un rendu moderne et détaillé. Quelques mentions spéciales : un Obama très crédible (on croirait une représentation officielle) et une charmante idée que de faire communiquer le gorille et ses compagnons par le langage des signes (chaque geste/mot étant dessiné et traduit dans la même bulle).

Dark Horse invite à la fin de ce numéro les lecteurs à découvrir la suite de ce fameux Project Black Sky dans les pages de ses comics et sachez que Captain Midnight et Brain Boy ne seront pas les seuls affectés par cette intrigue dans leurs séries respectives.

Aspen Comics

FCBD 2014 - Worlds of Aspen Cover A

 

Le saviez-vous ? Aspen Comics a déjà 20 ans. Cela fait deux décennies que le génial Michaël Turner a fondé cette maison d’éditions. Si elle a survécu au décès de son créateur, elle n’en reste pas moins un des parents pauvres des éditeurs indépendants aux Etats-Unis. De notre côté de l’Atlantique, il est rare d’en entendre parler. Pour ma part, j’y ai un attachement relatif, principalement motivé par le travail d’origine de Turner et par la série Fathom.

Concentrons-nous sur le numéro FCBD d’Aspen. Il s’agit d’un double-aperçu consacré à deux futures séries de l’éditeur, Damsels in Excess de Vince Hernandez et Mirka Andolfo et The Zoohunters par Peter Seigerwald.

Je vais rapidement évacuer le premier récit. C’est à la fois classique et peu intéressant. Dans un univers moyen-âgeux emprunt de magie, 5 princesses assurent l’équilibre des 5 royaumes. Pourquoi s’aquittent-elles de cette tâche ? Parce qu’une sorcière, excédée par le contrôle patriarcal des mâles sur la société les as tous tué.

Un scénario qui sent le déjà vu/lu accompagné par des dessins tout en rondeurs car, Aspen oblige quelque part, nos cinq princesses sont bien évidemment des pin-ups aux formes que l’on qualifie d’ordinaire de généreuses et d’attrayantes. Ce n’est pas chez Damsels in Excess que l’on trouvera une histoire originale servie par des dessins sans complaisance ou excès justement.

Worlds of Asen 2014 Cover B

The Zoohunters est en cela beaucoup plus intéressant dès lors. Ce comic-book de science-fiction à paraître à l’automne prochain nous compte l’histoire de Minalara, une extraterrestre parfaitement humanoïde, exception faite de sa couleur de peau violette. Cette héroïne au tempérament plutôt réservé chasse et capture des espèces animales rares.

Dans ces premières pages superbement peintes par Steigerwald, Minalara est chargée par une personne peu recommandable en apparence de trouver un certain Abros dont il souhaiterait solliciter les services. En échange de ce service elle hérite de ce qui sera sûrement son animal de compagnie, que l’on peut découvrir dès la couverture. Et on sent dès lors une complicité naître entre la chasseuse et la bête.

Un peu d’humour, une caractérisation rapide des personnages et des enjeux et de très beaux dessins me donnent une furieuse envie de découvrir rapidement The Zoohunters, que je me procurerai sûrement à sa sortie, histoire de confirmer cette première bonne impression. J’ai d’ailleurs apprécier avoir la sensation fugace d’être face à une bande dessinée qui aurait pu être édité par n’importe quel éditeur de l’hexagone, comme l’impression d’avoir lu ce genre de récit en franco-belge. Wait and see comme disent les anglo-saxons !

Oni Press

RS FCBD-OniPress

Dernier numéro du FCBD qui sera critiqué ici à paraître au format single classique, l’histoire proposée par Oni-Press est une réédition du premier numéro de la série Courtney Crumrin, la création de Ted Naifeh, dans une version colorisée et retravaillée.. Le lecteur découvre l’univers de la jeune fille à travers l’arrivée dans le voisinage d’Holly, une jeune fille curieuse.

Des thèmes assez simples comme l’isolement, l’ambition, la curiosité comme vilain défaut et la trahison sont abordés dans cette histoire. Le dessin enfantin de Ted Naifeh colle parfaitement au personnage de Courtney et à son environnement et ces fameuses thématiques. L’ensemble de ce qui est dévoilé dans ces quelques vingt pages donne envie d’en découvrir toujours plus et poussera sûrement à l’achat.

Ça tombe bien, la série, dans sa version d’origine, est disponible chez Akileos.

Archie Comics

RS FCBD-Archie

Quand on s’intéresse aux comics, à leur industrie et à ce qui se passe de l’autre côté de l’Océan Atlantique on aboutit généralement rapidement sur des nouvelles concernant Archie Comics, un des piliers de la scène indé, très éloigné des histoires de super-héros et consorts. Archie, ce sont des histoires simples, des personnages attachants, une tendance au gag et un dessin qui n’a pas changé en plusieurs décennies.

Autant vous dire dès lors que si vous êtes du genre à apprécier des BDs comme Achille Talon, Boule et Bill et autres ténors de la scène comique du franco-belge, vous apprécierez Archie Comics et trouverez sans nul doute votre bonheur dans ces quelques 100 pages réunies dans un format poche très agréable.