The Mighty Blog

Green Lantern: The Lost Army #2

La petite faction de Green Lanterns menée par John Stewart continue son exploration du monde dans lequel ils se sont trouvés perdus. Cullen Bunn continue à poser le cadre de Green Lantern: The Lost Army.

Une faction de Green Lantern est perdue au milieu de nul part. Ils viennent d'échapper aux  nettoyeurs, des êtres étranges et difformes qui veulent détruire les impuretés de leur environnement. Les Lanterns sont ces impuretés. Les batteries de leur bague sont presque vides et l'équipe de Stewart n'a rien pour les recharger. Pour combler le tout, ils sont accompagnés par la dernière personne à qui ils auraient demandé de l'aide. Ils se retrouvent face à une pyramide étrange qui pourrait bien recharger leur batterie. Mais à quel prix ?

Bunn continue donc à poser le contexte dans lequel se retrouvent les Lantern. Ce qui dommage c'est que les personnages semblent être interchangeables. Aucun ne semble avoir de rôle prédéterminé à part John Stewart et la version jeune de Koa. Pour le reste, c'est plutôt la situation qui semble coller à Guy Gardner que l'inverse.

Ce problème pourrait être déjà être atténué par DC Comics s'il se permettait de mettre une page récapitulatif avec, pourquoi pas, la description des personnages. Apparemment, Dan Didio, éditeur-en-chef de la Distinguée Concurrence, n'aime pas cette idée qu'il juge trop "Marvel". C'est dommage, Valiant le fait également et cela permet de savoir qui est qui et de mieux comprendre le contexte. Cela demande aux nouveaux lecteurs de se forcer et, vu le nombre important de bonnes séries et leur prix, je ne suis pas certain que tout le monde fera l'effort.

Du coup, Green Lantern: The Lost Army a une intrigue sympathique mais avec des personnages creux. Je pourrais également déplorer le fait que les scènes d'action sont un tantinet longue pour pas grand chose. Nous savons que les personnages peuvent créer tout ce qu'ils veulent et que Gardner est plutôt imaginatif. Cela fait deux épisodes où l'action se ressemble. Mais la fin de l'épisode pourrait changer légèrement la donne.

Jesus Saiz a un trait fort agréable et son découpage est sans reproche. En revanche, je ne suis pas fan de sa colorisation. Ça me rappelle le travail du début de Ben Oliver - qui par le plus grand hasard signe la couverture variante - que je trouve trop bourrée d'effet et qui semble surtout superficielle.

 

Green-Lantern---Lost-Army-002-CoverGreen Lantern: The Lost Army #2

DC Comics • Par Cullen Bunn & Jesus Saiz • $3.99
Passé le stade de découverte, la série est un soufflé qui redescend. Elle a du potentiel avec son intrigue intéressante mais la réalisation pèche un peu ; c'est répétitif et les personnages sont assez peu creusés (sauf exceptions). À voir tout de même ce que donne la suite.