The Mighty Blog

Harbinger Wars 2 Aftermath #1

Une preview des prochaines séries Valiant

Harbinger Wars 2 est terminé. Malgré le fait que la maxi-série ait été décevante, elle marque un tournant décisif dans l'univers Valiant. Afin de faire le point, Matt Kindt écrit Harbinger Wars 2 Aftermath, montrant dans quelles directions vont aller les prochaines séries de l'éditeur.

Je n'ai pas aimé Harbinger Wars 2 parce que j'avais un peu l'impression que l'histoire de Matt Kindt faisait du surplace avec Livewire qui répétait que le Gouvernement tuait des enfants à qui voulait la croire et de l'autre X-O Manowar chargé d'arrêter la Psiot mais qui n'était pas vraiment convaincu par sa mission. Finalement, les deux se sont trouvés un terrain d'entente et cela semblait évident dès les premières pages. Le fait est que le voyage aurait pu être bon mais Kindt a franchement fait le strict minimum.

Finalement, nous avons ce teaser de l'après Harbinger Wars 2 montrant ce qui va advenir de Livewire, de X-O Manowar, de Bloodshot et de Ninjak dans leurs propres séries. Nous avons le droit à un petit coup d'oeil du côté des psiots vus dans Secret Weapons sans trop savoir quand nous les reverrons. Et puis voilà...

Ce qui n'empêche pas l'épisode être plus intéressant la mini-série à laquelle il fait suite. Pas seulement parce que la partie graphique orchestrée par Adam Pollina est moins conventionnelle, mais parce que Kindt nous offre une histoire plus intimiste et, de ce fait, plus fine. J'avais l'impression que sur le titre principal, le scénariste était en mode automatique passant par les étapes obligatoires des Big Events tels qu'ils sont définis par Marvel et DC, alors qu'ici il semble plus prendre son pied.

Harbinger Wars 2 Aftermath #1

Valiant • Scénario : Matt Kindt - Dessins : Adam Pollina - Couleurs : Diego Rodriguez - Lettrage : Dave Sharpe • $3.99

Seuls le prologue et l’épilogue de Harbinger Wars 2 valent le coup à mes yeux. En effet, les deux proposent des récits intimistes avec une vraie personnalité alors que l’événement était très générique sans réel intérêt et sans aucune surprise. On ne va pas refaire la passé mais c’est dommage que Valiant tente de copier les Big Two alors qu’il possède des auteurs et autrices plus à l’aise dans d’autres domaines, autant capitaliser dessus comme le montre si bien ce numéro.