The Mighty Blog

Hulk #1

Après la sympathique série Indestructible Hulk de Mark Waid et une jolie assemblée de dessinateurs, la série Hulk est relancée par... Mark Waid, rejoint par Mark Bagley. On a tiré sur Bruce Banner, et il est dans un sale état...

Après avoir mis sa puissance au service du SHIELDBruce Banner commence ce numéro en mauvaise posture. Après qu'on lui ait tiré dessus, un neuro-chirurgien est invité à opérer sur le cerveau de Banner, afin de contrôler le monstre. Et c'est à peu près tout, pour un numéro qui est très (trop) vide, bien que tendu. L'opération sur le cerveau de Banner va dégénérer, on le sait dès le début. Pourtant, le suspens crée par Waid est efficace et réussit à amener une tension qui rend la lecture plaisante. Le numéro souffre malheureusement d'un gros problème de rythme, amenant des flashbacks sur Hulk très lourds et pas forcément utiles.

On sait maintenant comment Hulk a été crée et fonctionne, entre ses deux films et son apparition dans Avengers. Pourtant, Waid dédie une trop grande partie du numéro à le rappeler, et casse le rythme d'une intrigue très vide au demeurant. Certes, il faut rassurer les nouveaux lecteurs, mais pour le second relaunch en moins de deux ans, ce n'était pas indispensable de donner autant d'espace aux origines du personnage (qui s'apprêtent d'ailleurs à être modifiée avec Original Sin, d'ailleurs...). La dernière page promet beaucoup pour la suite, en changeant la donne de la série précédente, mais arrive bien trop tard pour réveiller l'intérêt du lecteur...

Aux dessins, Mark Bagley fait du Mark Bagley, beaucoup plus soigné que durant certaines pages de Cataclysm. C'est toujours très propre, lisible et plein de mouvement, et il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit, tant il est fidèle à lui même. Les visages sont expressifs, son Hulk est excellent, et c'est vraiment une bonne idée de l'avoir mis sur cette série.

Hulk #1 001AHulk #1

Marvel Comics • Par Mark Waid et Mark Bagley • $3.99

Départ raté pour une série qu'on attend beaucoup. On fait confiance à Mark Waid pour lancer une intrigue efficace, en tous cas bien plus qu'ici, et pour vite se réveiller et nous ramener le niveau de la série précédente.