The Mighty Blog

Immortal Hulk #1

Ce n'est plus un héros, mais un monstre...

Pour son grand retour, Hulk revient sous la plume d’Al Ewing, avec Joe Bennett aux dessins. Avec une toute nouvelle direction pour Immortal Hulk, le Monstre risque bien de déboussoler le lectorat...

Durant Civil War II, Hawkeye a tué Hulk, à la demande de Bruce Banner lui-même. Craignant un énième carnage du monstre, l’archer et le scientifique avaient convenu de ne pas prendre de risque, et de tuer Banner préventivement. Sauf que le monstre ne meurt pas aussi facilement, et qu’après quelques résurrections (durant Uncanny Avengers et Secret Empire), il semble être revenu pour de bon.

Un braquage dans une station service termine en carnage: trois morts, dont une petite fille, et l’assaillant en fuite. Un des trois cadavres va se réveiller à la tombée de la nuit. Hulk va retrouver le braqueur.

C’est une description succincte pour un numéro d’introduction étonnant. Al Ewing décide d’arrêter le Hulk combattant ou Avengers, et d’en faire un pur monstre d’horreur. L’atmosphère est celle d’un roman gothique, entre Dr. Jekyll & Mister Hyde, ou même Frankenstein. C’est une direction étonnante pour le personnage, qu’il sera difficile d’expliquer sans spoiler. On peut cependant dire que ce n’est pas le Hulk sauvage qui est de retour, mais quelque chose de plus horrible.

Il est devenu plus vicieux, plus horrible, et surtout plus intelligent qu’avant. C’est vraiment quelque chose de le voir parler à un criminel, en le détruisant avec des mots avant de le détruire physiquement. Ewing ne vas pas dans la surenchère de la destruction et de la violence, qui est bien plus suggérée que montrée, et va donc vers les bons films d’horreur, ceux qui respectent le monstre en ne le sortant pas dès le départ. Hulk est absent une bonne partie du numéro, laissant le temps à l’auteur pour créer une atmosphère violente et malsaine, mais son apparition est grandiose.

La preview ne m’a pas vraiment convaincu, mais Joe Bennett m’a mis une double claque avec son monstre. Si ses humains sont très classiques, et sa mise en scène très propre, l’intelligence et la cruauté qu’il insuffle dans son monstre forcent le respect. Les très gros plans sont horribles, la violence évoquée fait peur, et il participe à l’atmosphère magistrale du numéro.

Immortal Hulk #1

Marvel Comics • Or Is He Both • Scénario : Al Ewing - Dessins : Joe Bennett - Encrage : Ruy José - Couleurs : Paul Mounts - Lettrage : Cory Petit • $3.99

Il faudra voir où ça va, notamment par rapport à la continuité actuelle de Marvel qui pose question (pourquoi personne ne reconnait Banner ?), mais pour un premier numéro d’horreur, c’est excellent. Le pari est réussi, Ewing peut donc maintenant nous faire peur pour la suite.