The Mighty Blog

Jupiter's Circle #3

Troisième épisode pour Jupiter’s Circle, qui confirme que Mark Millar s’intéresse plus aux personnes qu’aux héros dans cette mini.

Petite remise en contexte ; Jupiter’s Circle, de Mark Millar et Wilfredo Torres, est une sorte de préquelle de Jupiter’s Legacy, où l’on suit la vie de la première génération de héros, un groupe appelé «The Union».

Alors que les deux premiers épisodes étaient centrés sur l’homosexualité d’un des héros et des conséquences possibles dans les années 50, cet épisode va s’intéresser à The Flare (Fitz Fenton), qui a tout de l'homme parfait ; il est marié, a une famille (ce qui est rare dans les comics super-héroïques aujourd’hui) et vient donc de s’occuper du méchant «Puppeteer».

Sauf qu’au lieu de nous sortir des scènes d’action, les auteurs vont s’intéresser à nous décrire la rencontre entre notre héros et une jeune fille qui rêve d’en être une. Celle-ci vient d'assister à la bataille (quelle chance, parce que nous non) et est heureuse de pouvoir le rencontrer car elle s'ennuie. Et l'ennui, c'est aussi quelque chose que Fitz connait, lui qui traverse la crise de la quarantaine. C’est donc un numéro plutôt terre à terre, dans lequel on nous montre la naissance d’une relation. En plus de cela, Millar nous montre les possibles répercussions des choix de The Flare, que ce soit au niveau de sa famille ou bien de ces associés. Cet épisode est donc relativement simple et finalement assez attendu, mais il est fait avec talent, dévoilant des pistes qui pourraient être intéressantes.

Torres continue de faire un très bon travail, en étant remarquable dans sa représentation des années 50. Son dessin est toujours très fluide et retransmet bien les émotions des personnages, ce qui est nécessaire dans un épisode comme celui-ci. Son style est assez old-school et diffère donc beaucoup de Frank Quitely, mais il est parfaitement adapté à cette série.

jupiters-circle-3-coverJupiter's Circle #3

Image Comics • Par Mark Millar & Wilfredo Torres • $3.50
Millar continue à nous présenter ses personnages, bien aidé par un Wilfredo Torres très efficace. Le tempo reste bas, mais la lecture est agréable pour l'instant.