The Mighty Blog

Justice League #1

En conséquence de deux events consécutifs, naît la nouvelle série Justice League avec Scott Snyder aux commandes. Pour ce premier numéro, il est accompagné par Jim Cheung. Très clairement, ce numéro est calibré pour investir de force les ventes. Mais est-ce que la qualité suit ?

La réponse est "oui mais...".

En fait, je crois que je suis parfois maso. En tout cas, lorsqu'il s'agit de Scott Snyder. Sa série Batman a sombré d'arc en arc dans quelque chose que je considère gênant. Bien que l'exécution soit plutôt efficace - mais répétitive, je n'appréciais pas que le scénariste essaie constamment de s'approprier les choses, de modifier des choses pré-établies sans même se soucier de ce que ses collègues faisaient à côté (problème dû également à l'éditeur du titre de l'époque). Mais, il vend beaucoup, du coup, il a une légitimité. Malheureusement, plus il vendait plus il avait une ambition vers la baisse en terme de qualité. L'apothéose étant Dark Nights: Metal proposant des intrigues débiles, excuses éhontées pour du grand spectacle, le tout noyé dans une tonne de références mal digérées. Enfin, il a chapeauté la mini-série No Justice qui est la conséquence directe de Dark Nights et l'introduction à ce nouveau titre. Je l'ai lue et j'ai détesté; c'était mauvais, incohérent, et inconsistant (je vous invite à lire la critique de Xavier Fournier qui résume bien ce que j'ai pensé du titre).

Vous me direz que je n'ai pas à m'infliger ce nouveau Justice League et qu'il faut que je me fasse une raison, Scott Snyder est un scénariste qui ne me convient pas. Et vous avez raison... Mais les premiers retours de ce numéro m'ont interpellé et je me suis dit qu'il fallait que je lui donne une chance, en me promettant de ne pas vous en parler si je trouvais ça mauvais - parce que je n'ai pas envie de donner l'impression de basher Snyder et d'être le plus objectif possible.

Vous l'aurez compris j'ai aimé parce que le casting est bon et bien géré et que Snyder impose une aura à son équipe. Il n'y a plus de Trinité mise en avant et les autres relégués au second plan : Martian Manhunter est le leader incontesté. Certes, il doute comme Cyborg lors du run de Christopher Priest sauf que dans le cas de ce dernier, le scénariste montrait trop ses craintes le rendant pas crédible à ce poste. Ici, Snyder montre que le doute est une preuve de maturité et qu'il sait prendre des décisions avec une bonne réflexion.

Par contre, comme je vous ai prévenus, il y a un "mais". Le plus gros problème est que nous avons le droit à quasiment la même menace que dans No Justice, une force provenant du Source Wall. Bien évidemment, je comprends cette volonté de capitaliser sur les conséquences de Dark Nights mais, peut-être faudrait-il se renouveler ou que les héros et héroïnes se bougent pour chercher des solutions pour fermer cette brèche. Bien évidemment, dans ce numéro, il est difficile de vraiment juger s'il s'agit d'une redite de No Justice mais le postulat de départ est identique. L'autre point qui me gène un peu est la caractérisation de Lex Luthor qui me semble pas trop raccord avec celle de Geoff Johns dans The Darkseid Wars et Doomsday Clock, pour lesquels Justice League devrait combler l'ellipse narrative qui les sépare.

Mais, il y a deux autres choses que j'apprécie fortement. Tout d'abord que Snyder injecte dans le canon des éléments de Super Friends comme le Hall de Justice ou la Legion of Doom. Le fan du dessin animé de Hanna-Barbera que je suis est plutôt comblé. L'autre chose sont les dessins de Jim Cheung qui est en forme comme jamais. Bien qu'il ait terminé sa carrière chez Marvel Comics en beauté, il commence celle chez la concurrence en se déchaînant encore plus ! Il semble qu'il voulait dessiner ces personnages depuis bien longtemps et c'est un régal à chaque instant. Malheureusement, il faudra attendre septembre pour le revoir sur le titre.

Justice League #1

DC Comics • "The Totality" Part 1 • Scénario : Scott Snyder - Dessins : Jim Cheung - Encrage : Mark Morales - Couleurs : Tomeu Morey - Lettrage : Tom Napolitano • $3.99

Ce premier épisode de Justice League est une bonne surprise – d’autant plus que je n’attendais plus rien de la part de Snyder. Il y a des petites choses qui font tiquer pour le moment mais qui pourraient très bien être corrigées dans les prochains épisodes. À suivre donc.