The Mighty Blog

Reviews Express

Kanan: The Last Padawan #4-6

La série Kanan: The Last Panawan finit son premier arc terminant les origines de Kanan, le héros du dessin-animé Star Wars: Rebels. Mais Greg Weisman n'a pas pour autant achevé son histoire et la série devient Kanan, tout simplement.

Caleb Dume est une jeune Padawan qui a vu son maître Jedi mourir devant ses yeux, tuée par leurs alliés à cause de l'Ordre 66. Obligé de fuir, il n'a nul part où se réfugier sauf chez un briguant du nom de Janus Kasmir.

Kanan---The-Last-Padawan-004-CoverKanan: The Last Padawan #4

Marvel Comics • Par Greg Weisman & Pepe Larraz • $3.99
La série s'enlise quelque peu. On peut dire que ce quatrième épisode est bouche-trou. Seule la fin nous amène son lot de nouveauté, le reste est identique aux deux derniers épisodes.

Cela reste plaisant à lire grâce au style très agréable de Weisman et grâce aux dessins fantastiques de Pepe Larraz.

Kanan---The-Last-Padawan-005-CoverKanan: The Last Padawan #5

Marvel Comics • Par Greg Weisman & Pepe Larraz • $3.99
Cet épisode conclut le premier arc de la série et les origines de Caleb devenant définitivement Kanan. Je ne révèle rien, la couverture dit tout à ma place. En tout cas, Weisman nous offre un final incroyable remettant à sa place de héros le jeune Padawan qui fuit les Storm Troopers. La lecture de la série vaut la peine pour cela.

Kanan---The-Last-Padawan-006-CoverKanan #6

Marvel Comics • Par Greg Weisman & Jacopo Camagni • $3.99
Comme nous l'indiquait la fin de l'épisode précédent, Weisman ramène l'intrigue dans le présent du dessin-animé mais cela reste en rapport avec l'arc que nous venons de finir. En effet, Kanan et les membres de l'équipage du Ghost vont sur Kaller, la planète dans laquelle Caleb est devenue Kanan. Mais ne vous ne méprenez pas, il ne s'agit pas d'un épisode de Star Wars Rebels qui ne dit pas son nom. Kanan est bien au centre de l'histoire, les autres s’éclipsent assez rapidement.

Même si on garde l'efficacité dans la narration, on perd d'un point de vue graphique. En effet, Larraz laisse sa place le temps de cet épisode à Jacopo Camagni. C'est moins beau et moins dynamique.