The Mighty Blog

Kick-Ass #1

Appartenant maintenant à Netflix, Millarworld lance de nouvelles mini-séries pour marquer ce nouveau départ. Et quoi de plus beau que de marquer cet instant avec la licence avec laquelle tout a commencé, Kick-Ass ? Mark Millar et John Romita Jr se retrouvent mais changent pas mal de choses dans leur histoire.

Le fait de ramener Kick-Ass est à la fois compréhensible et risqué : compréhensible parce qu'il s'agit d'une licence très connue maintenant ; risqué parce que l'histoire de Dave Lizewski est terminée. Du coup, plutôt que de trouver un prétexte bidon pour remettre Dave sous le masque, Millar décide qu'un autre personnage va le porter.

Elle s'appelle Patience Lee, une ancienne soldat de l'Armée américaine qui s'est battue en Afghanistan. Lorsqu'elle revient auprès de sa famille, rien ne se passe comme prévu et, elle doit faire le nécessaire pour venir au besoin de ses enfants. C'est pour cela qu'elle accepte de devenir serveuse.

Bien évidemment, il y aura des circonstances qui viendront à lui faire porter le costume de Kick-Ass mais je ne vous les révélerai pas ici. En tout cas, c'est très différent de ce que nous avions pu lire dans la précédente mouture. Millar n'essaie pas de retrouver une dynamique d'antan mais d'en créer une nouvelle, telle une variation sur le même thème avec une ambiance équivalente. Mais, il est tout à fait possible de lire ce numéro sans avoir jamais lu un épisode des aventures de Dave auparavant.

Comme n'importe quel projet de Mark Millar, il est difficile de se prononcer réellement sur une série après lecture du premier épisode. Si on accroche à l'ambiance, cela est suffisant pour continuer à suivre la série. D'autant plus que Patience est un personnage intéressant, sa famille a un certain charme - surtout son mari - et la situation globale est intéressante.

C'est assez marrant de retrouver John Romita Jr dans cet exercice peut-être plus proche de son autre projet publié en ce moment, The Silencer, que du Kick-Ass original. D'ailleurs, je trouve que globalement, il met plus d'empathie sur ce titre que sur celui de DC notamment en travaillant davantage le côté humain. Côté technique, le dessinateur ne bénéficie pas d'encrage traditionnel ; Peter Steigerwald - aidé de Megan Madrigal - s'occupe de l'encrage numérique en reprenant une technique plus généralisée au début des années 2000 laissant apparaître le crayonné de l'artiste. Dans ce numéro, l'effet est plutôt réussi, cela apporte de la texture à l'ensemble et cela donne un effet assez fou aux scènes d'action. Par exemple, lorsque la voiture défonce la paroi, la fumée a une densité marquée se détachant du reste.

Kick-Ass #1

Image Comics • Scénario : Mark Millar - Dessins : John Romita Jr - Encrage : Peter Steigerwald & Megan Madrigal - Couleurs : Peter Steigerwald - Lettrage : John Workman • $3.99

Comme souvent avec Millar, il est difficile de se prononcer sur un simple épisode. Celui-ci n’a pour but que d’installer un contexte et nous montrer à la dernière page comment la nouvelle Kick-Ass va trancher avec le précédent. C’est prometteur – en plus d’être beau, très clairement j’ai hâte de voir comme la série va évoluer.