The Mighty Blog

Letter 44 #18

Déjà 18 numéros pour Letter 44, la série de Charles Soule, qui vient d'arriver à la moitié de son récit (prévu en 35 épisodes). L'histoire accélère nettement avec ce numéro, qui risque de modifier les positions des différents personnages.

Letter 44 n'a plus grand chose à voir avec la série dont vous parlait Toine. Alors qu'on pouvait penser que la série allait être centrée sur de l'exploration spatiale agrémentée de SF, Charles Soule a décidé depuis un moment que la grande majorité de l'histoire se passerait sur Terre, reléguant au second plan les astronautes.

Petit récapitulatif (et donc plein de spoilers sur les précédents numéros!) : la troisième guerre mondiale est toujours en cours, un astéroïde se dirige vers la Terre, qui ne l'a pas repéré, l'équipage du Clarke essaie donc de les prévenir, sauf que les Builders ne veulent pas les aider. Le récit est toujours très bien construit, Soule réussissant à alterner entre les histoires et les lier. Il ajoute aussi de la consistance à certains personnages secondaires, en montrant leurs origines et comment ils se sont construits.

Cependant, la tournure de la série ne me convient pas vraiment. Je me serais bien passé de côté très guerrier et militaire. Le récit est maintenant très centré sur le président et son prédécesseur. En effet, même les décisions prises à bord du Clarke sont d'abord liées à la Terre, et moins à la mission initiale. Espérons que ce ne soit que passager et que Soule reparte dans une direction plus sympathique, une fois le problème de le guerre mondiale réglé (résolution qui pourrait arriver bientôt).

De son côté, Alberto Jiménez Alburquerque rend un travail toujours très constant, avec ses qualités et ses défauts. C'est dynamique, les visages sont encore un peu bizarres, mais c'est le style du monsieur, et c'est assez reconnaissable.

letter-44-18-coverLetter 44 #18

Image Comics • Par Charles Soule & Alberto Jiménez Alburquerque • $3.99
Letter 44 est un peu dans le creux de la vague, mais les histoires lancées permettent de maintenir l'intérêt, surtout qu'il pourrait y avoir bientôt un nouveau statu quo. Il me tarde quand même le prochain arc.