The Mighty Blog

Low #14

Nous sommes déjà à l'avant-dernier épisode de l'arc de Low, la série de science-fiction de Rick Remender et Greg Tocchini. Les choses s'accélèrent mais ne se passent pas très bien pour la famille Caine.

Cette fois, l'épisode ne focalise pas sur Stel comme nous aurions pu le déduire avec la structure qu'empruntait Remender depuis quelques épisodes. La première partie est en effet consacrée à Stel, dans la seconde, nous retrouvons Tajo dans la mauvaise posture du précédent épisode.

Tout commence avec une scène très dynamique comme sait les écrire Remender. Le scénariste nous montre que les relations entre Stel et son compagnon de fortune, un misogyne de première classe, sont tendus. Malheureusement pour eux, ils sont dans un environnement hostile dont les lois et même les habitants leur sont complètement inconnus.

Si la première partie est plutôt convenue - mais passionnante à lire notamment grâce aux dialogues, la seconde est tout simplement excellente. L'attaque que subit Tajo la ramène à un passé récent. Remender alterne entre l'action présente et celle passée en le présentant comme une leçon faite à Tajo. Nous voyons venir ce qui se passe ensuite. L'assaillant ne pouvait rester plus longtemps. Mais, là, encore le scénariste joue avec les faux-semblants et nous balance un twist violent.

L'évolution des personnages est plus que logique. Quelque part, nous attendions ce qui va se passer par la suite. Mais, autant dire que nous sommes sur un chemin inconnu et que tout semble possible.

Côté dessins, assez peu de surprises, Tocchini nous dévoile un peu plus le monde dans lequel se déroule Low et c'est magnifique. Le changement d'ambiance entre la première et la dernière partie est aussi très réussie, notamment grâce aux couleurs de Dave McCaig.

low-014-coverLow #14

Image Comics • Par Rick Remender & Greg Tocchini • $3.50
Low est toujours un plaisir à lire, c'est indéniable. En plus, Remender arrive à nous surprendre avec son twist final. Même si cette scène me fend le cœur, je dois avouer que je suis fan de ce genre de moments.