The Mighty Blog

Mister Miracle #1

Darkseid is.

Ce mois-ci, nous allons fêter le centenaire de la naissance de Jack Kirby, le "roi" des comics à qui l'on doit notamment New Gods chez DC Comics. À cette occasion, l'éditeur à deux lettres lance une maxi-série de 12 épisodes consacrée à Mister Miracle. Le fait que cela soit écrit par Tom King devrait vous interpeller, surtout qu'il est accompagné de Mitch Gerads aux dessins !

Depuis quelques temps, DC a décidé de mettre en avant les créations de Jack Kirby notamment avec Kamandi Challenge, Bug! The Adventures Of Forager ou, la semaine dernière, New Gods Special. Clairement, nous sommes dans l'hommage pur et simple qui n'a pas la vocation de créer quelque chose de nouveau mais d'inviter les lecteurs dans les univers que le King - alias Jack Kirby - a créé pour DC Comics. Mais, l'intention derrière Mister Mircale est très différente pour le coup, Tom King - le scénariste de la maxi-série - a plutôt envie de créer quelque chose de nouveau en autopsiant celui qui pourrait être le personnage le plus intéressant du Fourth World.

Je vais expliquer rapidement ce qu'est ce Quatrième Monde pour tout le monde puisse suivre : Jack Kirby a créé l'univers des New Gods, dirigés par Highfather, combattant les forces d'Apokolips, ménées par Darkseid. Vous trouverez tout ceci dans les gros albums que Urban Comics a publié sous le nom de Le Quatrième Monde. Le scénariste a crée un monde assez compliqué avec des enfants de Darkseid élevés par Highfather et inversement. Scott Free est donc un fils de Highfather "élevé" par Darkseid. Il s'échappera de Apokolips et prendra l'identité de Mister Mircale, un expert de l'évasion.

L'histoire de Tom King est située sans indication de temps mais nous retrouvons Scott Free qui vient, apparemment, de tenter de mettre fin à ses jours. Il essaie de se remettre de cet événement en compagnie de  Big Barda avec qui il vit dans un appartement.

Ce qui ne semble pas très raccord avec les événements lus dans The Darkseid Wars ou les deux personnage apparaissaient mais, Tom King joue avec le lecteur. Il lui donne le moins d'indice possible et impose la tonalité de la série assez proche de sa maxi-série sur les Omega Men. On retrouve ainsi un découpage à 9 cases sur chaque page imposant un rythme atypique - et complètement maîtrisé - avec certaines cases qui sont remplacées par un texte "Darkseid is". Il y a aussi les phylactères qui viennent envahir les pages sans savoir qui est-ce qui parlent. Enfin, il y a un moment purement "what the fuck" où Mister Miracle est invité dans un Late Show rétro avec l'impression que c'est diffusé sur un poste de télé en piteux état.

Oui, c'est fortement inspiré par David Lynch - après l'hommage non-dissimulé à Blue Velvet dans la maxi-série La Vision, cela n'étonnera personne. Mais, quelque part, ça pourrait fatiguer plus d'un à la longue, tout spécialement dans le format single. Par exemple, Omega Men était arrivé à me saturer au bout de quelques épisodes alors qu'en format relié, c'est tout de suite plus agréable. Mais, je ne connaissais pas vraiment les personnages de la série de science-fiction, ce qui n'est pas le cas de Mister Miracle et, je trouve que cela change tout. Surtout lorsqu'on connait la couleur des yeux de Big Barda.

Du coup, cet épisode nous fait l'autopsie de Scott Free, voyant comme il a dû osciller entre son métier de maître de l'évasion et la lutte de son père contre Darkseid. King y montre un personnage qui a envie de vivre et qui n'est pas le combattant qu'est Orion ou sa compagne. Et puis, à la fin, le scénariste nous emmène vers quelque chose de nouveau. Quoi ? On ne sait pas encore, mais on y va après une petite claque dans la gueule.

Si ce premier numéro sort au mois d'août, ce n'est pas pour rien : le 28 ce sera le centenaire de la naissance de Kirby. Tom King ne fait pas seulement qu'utiliser l'univers que l'auteur a créé, il lui rend hommage en le faisant apparaître sous le trait de Oberon, l'assistant de Mister Miracle qui portait la voix de Kirby dans la série consacrée au héros.

Graphiquement, Mitch Gerards a un trait plutôt agréable. Il abuse fortement de filtres Photoshop dans ses couleurs et, donc, ne fait aucune subtilité. Ce n'est pas désagréable en soit mais cela laisse penser que tout est un peu fabriqué et, ce n'est peut-être pas là où King nous emmène - bien que ça y ressemble fortement.

Mister Miracle #1

DC Comics • Par Tom King & Mitch Gerads • $3.99
Clairement, Mister Miracle n'est pas accessible. En tout cas, la série ne sera pas à ce stade votre porte d'entrée vers le Quatrième Monde de Jack Kirby mais il y a un charme. Le côté lynchien ne semble pas être gratuit mais bel et bien apporter quelque chose à l'histoire et la narration de King et Gerards est vraiment plaisante... éprouvante par moments, mais on ferme ce premier numéro en se disant qu'on lirait bien la suite.

Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs