The Mighty Blog

Mockingbird #1

Suite à ses apparitions récurrentes dans la série TV Agents of S.H.I.E.L.D., il n'est guère étonnant de voir que Marvel Comics lance une série Mockingbird. Après tout, Bobbi Morse le mérite bien. Elle qui pendant des années a été indépendantes et qui se veut être le penchant féminin de Captain America et de Nick Fury.

Lors de ma lecture, mon avis plutôt mitigé - tendant vers le négatif - a évolué vers quelque chose de plus positif. En tout cas, j'ai terminé l'épisode en me disant que la lecture était plutôt sympathique. Pourtant, cela partait très mal. Tout d'abord, parce que les dessins de Kate Niemczyk font très amateur. Les perspectives sont foireuses, il n'y a pas de mouvement dans les cases, les transitions sont faites par le scénario... On dirait un épisode vraiment moche de Totally Spies.

Ensuite, la série a ce côté "séries avec une héroïne alors écrite pour les filles". Vous me direz qu'apparemment Chelsea Cain est une femme ce qui donne forcément un côté "girly" à l'ensemble. J'espère que vous ne pensez pas vraiment cela et je vous inviterai alors à lire les épisodes de Catwoman par Devin K. Grayson ou Birds of Prey par Gail Simone pour savoir que le monde décrit par les femmes n'est pas synonyme de filles greluches dans un monde cartoony et sans saveur. Malheureusement, il semblerait que cela soit une tendance avec la série actuelle Batgirl ou, pis encore, la récente Hellcat. Je ne dis pas qu'une série plus loufoque avec des personnages plus légers n'ont pas le droit d'exister. Bien au contraire ! Mais cela me gène de voir que lorsqu'une série tente d'être plus féminine, elle devient trop souvent comme cela.

En ces premières pages, je ne retrouve pas ce que j'apprécie dans le numéro un de Black Widow ni dans la série She-Hulk par Charles Soule et Javier Pulido ni dans le Catwoman de Genevieve Valentine. Pourtant, Bobbi Morse aurait mérité un aussi bon traitement. Il s'agit pour moi de l'un de mes personnages féminins préférés. Gamin, je voyais en elle l'incarnation de la féministe, une femme forte, indépendante et qui dérangeait - notamment son mari - pour cela. Autant vous dire que j'ai grandement apprécié lorsque Brian Michael Bendis l'a ramenée en vie. Mais, pour en faire une dingue qui s'apprête à étriper n'importe qui s'approchant de ses quinoa ?!

Sauf que l'épisode avance et malgré tout cela, il y a quelque chose d'assez dingue qui se passe. La structure employée par Cain - et confirmée par l'auteure dans la note de fin d'épisode - fait perdre tous ses repères au lecteur. Le choix est étonnant et risque de déstabiliser plus d'un qui risquent de ne pas revenir au prochain épisode. Du coup, le côté cucul la praline est certainement également voulu afin de déstabiliser le fan de Mockingbird que je suis. Réponse au prochain épisode.

Mockingbird-001-coverMockingbird #1

Marvel Comics • Par Chelsea Cain & Kate Niemczyk • $3.99
A défaut d'être moche, l'épisode est très drôle mais la caractérisation me semble un peu trop éloignée de ce qu'était jusque-là le personnage. Mais la structure de l'épisode est étonnante et montre que la scénariste n'a pas abattu toutes ses cartes. Il faut patienter avant de juger complètement.