The Mighty Blog

Original Sin #7

Avant-dernier chapitre de la mini-série Original Sin de Jason Aaron et Mike Deodato Jr. Et vous savez quoi ? Eh bien non, vous ne saurez pas maintenant ! Vous devez lire jusqu'au bout la critique pour le savoir.

Nick Fury a révélé son secret à un groupe de super-héros qu'il a formé afin de le retrouver. Bien qu'il dévoile l'un de ses plans, un bien lourd mystère pèse encore. Et celui-là est lié au meurtre de Uatu le Gardien.

Le précédent épisode était un remplissage de luxe. La tension de l'équipe de fortune (Winter Soldier, Dr Strange, Black Panther et co) était palpable et on était quelque peu impatients de savoir ce que Nick Fury avait en tête. Surtout suite aux révélations du numéro 5. Mais Aaron refusait de nous dévoiler plus de l'intrigue. Avouons que le numéro 6 était bien parce qu'il est bien écrit. Malgré tout le talent qu'on reconnait à Aaron, nous faire deux épisodes de remplissage d'affilée, c'est un peu lourd. Mais attendait-on des réponses dans cet épisode ? Absolument pas !

En fait, le problème c'est que le scénariste fait durer le suspens lourdement. Si on regarde en arrière, le combat avec les Avengers est improbable. Que les héros attaquent Fury me parait logique dans le contexte - encore faut-il se dire qu'ils aient oublié le fait que Fury Senior est du genre à avoir des secrets et à ne pas révéler ses intentions facilement. Par contre, que lui rétorque de la sorte plutôt que de s'échapper et d'aller remplir la mission top secrète qu'il prétend urgente me parait absurde. Surtout qu'il révèle ainsi son véritable rôle au sein du Marvel Universe, secret qu'il a su garder pendant des décennies.

Cette position que tient le personnage est également un problème. Pas pour moi puisque j'ai accepté ce fait - et on revient sur ce point plus tard. En revanche, je ne suis pas certain que tous les lecteurs acceptent le secret de Fury. Surtout qu'il semble omnipotent (je ne parle pas des secrets qu'il a obtenu sur les Avengers) avec toute cette technologie alien qui surveille le monde pour lui. On se demande presque comment des sagas comme Nick Fury vs S.H.I.E.L.D., Secret War ou Secret Invasion ont pu avoir lieu. Mais, acceptons ce fait. Malheureusement, ce n'est pas la seule chose que Aaron demande d'accepter à son lecteur. Et, il continue de tenter de faire rentrer le cube dans le trou en forme de triangle. Cette fois, il y va avec le pied et il continue de demander au lecteur de fermer les yeux et de ne pas faire attention au bruit.

La présence de Dr Midas et de The Orb contribue à la sensastion que le scénariste fait durer artificiellement son histoire. Ici, on découvre leur véritable rôle dans l'histoire - mais leur histoire n'est pas terminée pour autant- et prouve aussi que Aaron les a utilisé pour brouiller des pistes.

Dernier problème - qui est mineur, l'équipe de fortune est quelque chose que j'apprécie sur la forme. Sur le fond, la caractérisation est étrange dans le sens où Black Panther et Dr Strange ne communiquent pas entre eux comme ils devraient (ils font partie de la même équipe d'Avengers) et ils ont même un comportement gonflé de réclamer la vérité, eux qui cachent au monde entier l'existence de leur groupe. Ce comportement serait moins gênant de la part d'un Tony Stark, par exemple. C'est un petit détail mais cela contribue à cette sensation que j'ai qu'on me demande de fermer les yeux.

Heureusement, il y a de bonnes choses. D'abord les dessins de Mike Deodato Jr, toujours au top. Certaines cases sont magnifiques, les autres sont belles. Bon, je n'ai pas compris ses délires de découpages sophistiqués mais cela ne gêne en rien la compréhension de l'action. Sauf sur la fin puisque je n'ai pas compris si la page finale fait parti du flash-back ou non. Le changement de colorimétrie de Frank Martin - qui, cela dit en passant, fait un boulot remarquable - me laisse penser que l'action se passe dans le présent.

Ce qui est bien également c'est la tension au sein de l'équipe formée par Fury. Vu la situation, ça marche bien - et malgré ce que j'évoquais ci-dessus. Mais, la partie remarquable de l'épisode est le dialogue entre Captain America et Fury. Si on met de côté les "on n'est pas au dernier épisode, donc je ne te dirai rien Steve", cet échange fait écho à la sublime scène du premier épisode lorsque Steve et Fury étaient au restaurant. Cela est très bien vu de la part de Aaron surtout dans le contexte où cet échange est donné.

J'avoue avoir aimé le traitement de l'intrigue à propos de Dr Midas. Avoir joué avec eux et leur présence était malin. Ça manque juste de subtilité. Enfin, la fin donne envie de savoir ce que Aaron nous cache depuis le début. Ça a intérêt à être vraiment bien parce que vu comme il a étiré son histoire pour arriver au dernier épisode, l'impatience du lecteur est à son comble. J'ai l'impression en tout cas de mieux comprendre l'intérêt de Original Sin #0 que l'on ne voyait que comme une extension de la série Nova et non pas de cette maxi-série.

Original-Sin-007-CoverOriginal Sin #7

Marvel Comics • Par Jason Aaron & Mike Deodato Jr • $3.99
Original Sin a un gros défaut : il demande au lecteur de gober l'histoire. Ce n'est pas très subtile. À l'image du chapeau de cette critique qui vous incite lourdement à découvrir la suite, cet épisode n'est fait que d'éléments qui font durer artificiellement l'intrigue et qui vous interpelle en disant : "tu verras, on va te le dire... bientôt". Je reste ainsi persuadé que l'intrigue fonctionnera mieux en album. À savoir si j'ai aimé l'épisode ou non, je n'en ai pas la moindre idée et je crois que j'attends la suite pour me faire un réel avis. Mais c'est bien écrit et magnifiquement dessiné, ça c'est indéniable.