The Mighty Blog

Reviews Express

Titres AfterShock Comics sortis pendant les mois de mai et de juin 2018

Chaque semaine, nous vous proposons des critiques rapides des séries publiées par AfterShock Comics que nous suivons régulièrement. Cette semaine, on parle de Animosity, A Walk Through Hell et Shipwreck.

Animosity #14

AfterShock Comics • Par Marguerite Bennett & Rafael De Latorre • $3.99
Un nouvel arc commence et, comme d'habitude, Jesse se retrouve au milieu de gros problèmes. Sauf que cette fois, elle est bien seule ; Kyle l'a kidnappé pour la sauver de son chien, Sandor, qu'il pense dangereux. Les animaux décident alors de partir à la recherche de la jeune fille et de leur ancien ami qui doivent se diriger vers la ville emmurée. Marguerite Bennett offre pas mal de choses nouvelles dans ce numéro avec l'intrusion dans la tête de Sandor mais, aussi, un endroit qui a su se préserver de la vie animale. En tout cas, la qualité de la série est toujours au rendez-vous et c'est un bien beau plaisir de la suivre même si c'est très sombre. - Noisybear

A Walk Through Hell #2

AfterShock Comics • Par Garth Ennis & Goran Sudžuka • $3.99
Si on avait des doutes sur la direction horrifique du titre, ils ont disparu. Les deux agents se réveillent au milieu du hangar avec peu de souvenirs de leur entrée. En parallèle, Garth Ennis revient dans le passé en donnant plus d'infos sur les personnages, notamment une enquête particulière, qui a peut-être un lien avec ce qu'il se passe. C'est encore très flou, mais réellement passionnant à lire. L'ambiance est parfaite, et les dessins de Gordan Sudžuka ne sont pas étrangers à ça. Une confirmation que A Walk Through Hell est une bonne lecture. - Kevin

Shipwreck #6

AfterShock Comics • Par Warre Ellis & Phil Hester • $3.99
Conclusion de Shipwreck, qui méritera vraiment une relecture en volume tant la publication a été compliquée. Mais ne boudons pas notre plaisir, car la première chose qu'on peut dire, c'est que ce numéro est beau. Phil Hester est en grande forme et nous émerveille sur ce numéro. Warren Ellis, lui, conclut bien son histoire, vraiment barrée. Le dessin d'Hester renforce cette impression de monde un peu fou. J'ai beaucoup aimé les numéros indépendamment, j'ai hâte de relire le tout (c'est annoncé en France chez Snorgleux). - Kevin