The Mighty Blog

Reviews Express

Titres de DC Comics sortis les 16 et 23 janvier 2019

Chaque semaine, nous vous proposons des critiques rapides des séries publiées par DC Comics que nous suivons régulièrement. Cette semaine, on parle de American Carnage, Batman, Catwoman, Cover, Pearl et Wonder Woman.

American Carnage #3

Vertigo • Par Bryan Hill & Leandro Fernandez • $3.99
Alors que Bryan Hill avait commencé sa série sur les chapeaux de roues et qu'on aurait pu croire que le récit allait se calmer, il n'en est rien. Le début de ce numéro est brutal et les conséquences vont être immenses. Cet épisode est grandement centré sur Richard, avec la suite des événements du dernier numéro ainsi qu'un retour vers son passé. C'est très bien écrit, le scénariste donne beaucoup d'épaisseur à ses personnages. La fin de l'épisode est très très intrigante et il semblerait que les choses ne vont pas ralentir, loin de là. Graphiquement, Leandro Fernandez arrive en rendre la violence du récit, tout en rendant vivant les personnages. Le tout est très bien mis en couleur par l’expérimenté Dean White, trop rare. - Kevin

Batman #63

DC Comics • Par Tom King & Mikel Janin • $3.99
Du coup, chaque épisode de cet arc était en réalité un rêve ? Ou ce n'est que celui-là ? Je ne suis pas sûr de comprendre où va Tom King avec cette histoire. Quelque part cet arc permet de pointer le problème du run de Tom King qui est très ambitieux mais le scénariste étire trop sur le temps certains morceaux de son histoire de manière trop superficielle. Tu m'étonnes qu'il lui faut 100 épisodes pour raconter une histoire finalement assez simple. Je râle mais cet épisode est plutôt sympathique avec Batman rêvant qu'il retrouve Catwoman et Constantine qui apparaît régulièrement pour lui dire "attention, c'est trop beau pour être vrai". Mikel Janin est très en forme dans cet épisode et son style colle parfaitement à ce que King veut raconter. - Noisybear

Catwoman #7

DC Comics • Par Joelle Jones, Elena Casagrande & Fernando Blanco • $3.99
Joelle Jones ne s'occupe pas de la partie graphique de ce numéro. Malgré le talent de Elena Casagrande et de Fernando Blanco, il ne reste que l'intérêt du titre est un peu amoindri. Heureusement, l'écriture est sympathique et que la mise en scène autour du Pingouin est plus que réussie. - Noisybear

Cover #5

Jinxworld • Par Brian Michael Bendis & David Mack • $3.99
Cette série est décidément passionnante. Brian Michael Bendis arrive à y mélanger les genres, avec des histoires sur Max dessinateur de comics et Max espion. On voit vraiment les deux parties de sa vie. Du coup, une partie du numéro est centré sur d'autres artistes, ce qui donne à David Mack de nous en mettre plein les yeux. Mais Bendis n'oublie le nouvel espion qui sommeille en Max et une nouvelle mission lui est assignée, et c'est bien pensé de la part de Bendis. Les deux compères délivrent une nouvelle fois un superbe numéro, tant graphiquement que scénaristiquement, où ils s'amusent à franchir les barrières du medium. - Kevin

Pearl #6

Jinxworld • Par Brian Michael Bendis & Michael Gaydos • $3.99
La mini-série Pearl devait s'arrêter là mais Michael Bendis et Michael Gaydos en ont une série régulière. Et, je suis content ! Cette fin d'arc est absolument génial, peut-être bien le meilleur épisode de la série jusque-là. On en apprend plus sur la famille de Pearl, ce qui la rend si unique auprès de Mr. Miike. Et puis, il y a des moments oniriques de toute beauté, une scène très inspirée de Tarantino, et les Endos sont des personnages qu'on adore détester. J'ai hâte de découvrir la suite. - Noisybear

Wonder Woman #62

DC Comics • Par G. Willow Wilson & Xermanico • $3.99
Les dessins de Xermanico sont absolument superbes : les scènes d'action sont très claires, les décors fouillés, et la mise en scène est toujours très juste. C'est un véritable plaisir pour les yeux. Côté histoire, G. Willow Wilson termine son premier arc avec de bons rebondissements et des discours très intéressants, d'abord sur l'utilisation du lasso mais, aussi sur la victoire amère de Wonder Woman. La scénariste propose une histoire très mature, assez agréable à lire dans son ensemble, ce qui vient à palier au manque d'originalité du contexte. - Noisybear