The Mighty Blog

The Flash #14, Hal Jordan and the Green Lantern Corps #12, Green Arrow #14

Reviews Express

Critiques rapides de séries que nous lisons régulièrement. Aujourd'hui, on focalise sur DC Comics avec trois séries : The FlashHal Jordan and the Green Lantern Corps et Green Arrow.

The Flash #14

DC Comics • Par Joshua Williamson & Carmine Di Giandomenico • $2.99 
Ah ben c'est beaucoup mieux! Et pour arriver à proposer un numéro de meilleure facture, Joshua Williamson reprend les bons vieux classiques de la mythologie de Flash: les Rogues! Williamson part sur une idée peu novatrice (les Rogues sont méchants), mais le fait bien. Les choses vont donc un peu mieux du côté de Central City et c'est tant mieux. L'auteur choisit ici de montrer le côté détective/policier de Flash, tout en continuant d'explorer la relation entre Iris et Barry (avec Wally pas très loin). La lecture de ce numéro est donc assez agréable. De plus, il peut compter sur le retour du dessinateur phare de la série, Carmine Di Giandomenico, toujours aussi efficace pour dessiner le bolide écarlate.

Hal Jordan and the Green Lantern Corps #12

DC Comics • Par Robert Venditti & Ethan Van Sciver • $2.99
Dernier numéro de cet arc, toujours moyen mais pas désagréable. Surtout, le quatuor humain des Green Lanterns est ici réuni et c'est plutôt cool. C'est un peu le problème de Robert Venditti depuis Rebirth ; ce qu'il propose est sympa, mais pas non plus extraordinaire. Voyons s'il redresse la barre et lâche vraiment les chevaux au prochain arc (c'est vraiment ce qu'il manque : de l'épique !!).

Green Arrow #14

DC Comics • Par Benjamin Percy, Elenora Carlini, Carlos Rodriguez & Gus Vasquez • $2.99
La cabale contre Green Arrow touche à sa fin. Le malfrat qui se prend pour lui se dévoile en effet dans ce numéro, après une course poursuite plutôt inspirée. L’enchaînement des actions est plutôt fun, bien rythmé, mais un peu gore (ça tranche avec l'esprit de la série depuis Rebirth). La fin est un peu nawak niveau physique, mais au moins, le super-héroïsme est là. C'est donc une bonne lecture, le problème est que ce n'est ni Juan Ferreyra, ni Otto Schmidt qui accompagne Benjamin Percy. Le trio d'artiste propose un dessin assez solide, avec des découpages assez intéressants et une bonne narration, mais c'est en deçà de ce dont on est habitué!