The Mighty Blog

Reviews Express

Savage Dragon #218, Savage Dragon #219, Savage Dragon #220

Critiques rapides de séries que nous lisons régulièrement. Aujourd'hui, on focalise sur Savage Dragon, la série de Erik Larsen publiée par Image Comics.

Savage Dragon #218

Image Comics • Par Erik Larsen • $3.99
Erik Larsen décide de mettre Malcolm et Maxine face au cancer. L'approche que prend le scénariste est intéressante parce qu'elle ne s'intéresse pas tant à la maladie ni au malade mais plutôt de la réaction des proches, une réaction presque égoïste qui ne prend pas forcément compte de la souffrance ni du besoin de la personne atteinte. Du coup, on se prend un coup derrière la nuque en fin d'épisode plutôt que nous effondrer en larmes.

Savage Dragon #219

Image Comics • Par Erik Larsen • $3.99
À la question : pourquoi aimes-tu Savage Dragon ? Je pense que je pourrais répondre en demandant de lire cet épisode. C'est simple, Larsen prend l'actualité puis pose sur papier comme il la perçoit. Ainsi, aux lendemains de l'élection de Donald Trump, le travail de Malcolm devient compliqué puisque le peuple manifestant devient la cible de monstres voulant profiter de la situation. Et puis, il y a le procès de Glump qui veut absolument gagner son procès grâce à la post-vérité. Je n'ai pas pu m'empêcher de voir Nicolas Sarkozy à la place de Glump sans armure... Bref, l'épisode est vraiment très bien, encore une fois !

Savage Dragon #220

Image Comics • Par Erik Larsen • $3.99
Le ton de la série est en train de changer. Les événements politiques qui touchent le pays de Erik Larsen semblent le préoccuper. Ainsi, exit les situations de coucheries, Malcolm doit endosser son rôle de héros et il doit sauver un pays en entier. Pourtant la famille Dragon est en danger, notamment Angel qui se retrouve perdue dans la Dimension X, habillée comme l'Angle de l'autre dimension, celle qui vivait avec Glump. L'épisode se termine de manière brutale - peut-être un peu trop - mais vous brisera le cœur. Je ne sais pas trop où l'auteur emmène sa série mais, c'est rudement bon. Surtout que Glump est utilisé à contre-pied. Le personnage comique - et presque attachant - qu'il était devient ici un psychopathe prêt à tout.