The Mighty Blog

Reviews Express

Wonder Woman #16, Wonder Woman #17, Superwoman #7

Critiques rapides de séries que nous lisons régulièrement. Aujourd'hui, on focalise sur DC Comics avec deux séries : Wonder Woman et Superwoman.

Wonder Woman #16

DC Comics • "Godwatch Part 1" par Greg Rucka & Bilquis Evely • $2.99
Greg Rucka débute un nouvel arc se déroulant dans le passé, Godwatch. Encore une fois, toutes les actions de Wonder Woman sont sous forme d'ellipse. Le scénariste joue avec la notoriété de l'héroïne pour faire comprendre son évolution dans le monde des hommes. Mais, il y a un revers de la médaille, nous ne voyons pas ces événements héroïques à la différence de ses homologues Superman et Batman. C'est dommage. Le reste de l'épisode s'intéresse à l'organisation Godwatch répondant à certaines interrogations laissées par l'épisode précédent. Ce système de double arc s'alternant est une bonne idée surtout que Rucka développe une histoire à travers les deux tout en permettant de lire chacun indépendamment. Bien vu !

Wonder Woman #17

DC Comics • "The Truth Part 2" par Greg Rucka & Liam Sharp • $2.99
Cet épisode s'intéresse plus à Barbara Ann qu'à Wonder Woman. Celle-ci est reléguée au second plan avec son isolement. L'épisode se lit très rapidement et l'action s'en retrouve expédiée. Même si le choix que fait Barbara Ann est un bon ressort dramatique, tout semble arriver trop tôt et nous avons du mal à nous émouvoir. C'est dommage, vraiment dommage. On trouve aussi une histoire de connexion qui semble être le fil rouge de ce run de Rucka sur le titre.

Superwoman #7

DC Comics • Par Greg Rucka & Renato Guedes • $2.99
Le combat entre Superwoman et Ultrawoman est inévitable, nous le savons mais Phil Jimenez ajoute de la tension en créant un véritable face à face entre les deux femmes. Le problème que j'ai avec la série est qu'à chaque épisode, le casting semble s'agrandir. Le titre est du pur DC comme on n'en fait plus mais il y a un côté dense presque imperméable qui rend la lecture en single presque difficile. Faut dire que l'auteur aime mettre une multitude de détails par page, ce qui n'aide pas à apprécier tout à sa juste valeur mais, graphiquement, c'est merveilleux. Et puis, il y  a des valeurs héroïques, un sens dramaturgique incroyable et des personnages très forts qui font que la magie finit toujours par opérer. Clairement, lorsque l'arc sera terminé, je me le relis d'une seule traite pour mieux l'apprécier.