The Mighty Blog

Robocop #1

Robocop, célèbre film des années 80 ayant connu récemment un reboot cinématographique qui n'a pas convaincu tout le monde, bénéficie ce mois-ci d'une nouvelle série chez Boom! Studios. Et pour une fois, celle-ci est garantie sans aucune trace quelconque d'un ancien script ou d'une idée recyclée de Frank Miller !

Pour beaucoup de monde, de ceux qui ont grandi dans les années 80 ou qui l'ont découvert plus tard, le film Robocop de Paul Verhoeven est un incontournable, un chef d’œuvre bref, une icône intouchable de ce qui se faisait de mieux en matière de films d'action à l'époque. Les deux suites n'ont pas connu le même succès ni le même attachement de la part des fans, tout comme la série TV ou le reboot de 2014.

Des suites au film Robocop, il y en a eu deux au cinéma donc, et une pelletée de différentes versions en comics, la plupart directement inspirée des scripts initiaux de Frank Miller, scénariste de Robocop 2 et 3. La plupart de ces déclinaisons en bandes dessinées cherchaient donc à retranscrire l'ensemble des intentions de l'auteur de The Dark Knight Returns avant que ses écrits ne soient édulcorés ou modifiés.

La nouvelle série de Joshua Williamson (Ghosted, Captain Midnight) n'a pas ce parti pris. Il s'agit certes d'une suite au film Robocop autant que d'une histoire indépendante. Et c'est ce qui lui fait marquer des premiers points. La série suit trois protagonistes : Robocop, évidemment ; Anne Lewis, sa partenaire qui a autant la charge de l'assister que de le surveiller ; Killian, nouvel ennemi déclaré d'entrée de jeu.

Comme tout premier numéro qui se respecte, Robocop joue la carte de l'exposition, replaçant le héros dans son contexte, réinstaurant une ambiance proche du premier film et montrant les personnages principaux dans leurs œuvres. Il est assez intéressant de rapprocher par ailleurs cette série de la situation actuelle de Détroit. Aujourd'hui, en 2014, rien ne pourrait réellement empêcher une compagnie privée de prendre possession de la ville et de faire sienne la police municipale.

À ce sujet, la mainmise grandissante de la compagnie OCP, à l'origine de la création de Robocop, fait partie des enjeux de cette nouvelle série. En effet, la société souhaite confisquer toute arme n'étant pas enregistré auprès d'elle et de la police. Or Murphy (l'identité d'origine de Robocop si vous l'ignorez) et Lewis affronte au début du comic-book un groupe de trafiquants d'armes. Une situation auparavant tendue qui risquera, si elle se reproduit, de devenir explosive.

En ce qui concerne la partie graphique, les dessins de Carlos Magno (Planet of the Apes, Deathmatch) remplit de traits et de détails, donnent un certain grain à l'ensemble, ce qui peut faire penser à la pellicule vieillie d'une bobine de film de cinéma. Les décors sont chargés, les visages crédibles et pas caricaturaux, le tout pour un effet à la fois réaliste et ancien. Les couleurs de Marissa Louise renforce cette impression d'une bande dessinée retranscrivant la patte visuelle des films, avec une touche de vif et de chaleur sur la première moitié.

Robocop #1

Boom! Studios • Par Joshua Williamson & Carlos Magno • $3.99
Que vous soyez un sceptique du reboot récent, un fan du premier film, un amoureux de la série télé ou simplement quelqu'un d'un minimum intrigué par le célèbre robot policier, ce premier numéro de la nouvelle série Robocop est fait pour vous. Violent, brutal, implacable et bien écrit, ce récit vous convaincra dès la première lecture !