The Mighty Blog

Savage Dragon #205

Depuis le lancement de Savage Dragon, Erik Larsen a sans arrêt renouvelé sa série. Elle s'est métamorphosée, d'une sorte de Spider-Man jeune vers les problèmes de devenir adulte, avec un ton résolument moderne.

Malcolm Dragon doit faire face au Vicious Circle dirigé par son ancienne babysitter, Dart. Mais le plus gros problème de notre héros est personnel. Il a découvert qu'il avait un pouvoir de super-fécondation. Ainsi il a mis enceinte sa copine, Maxine, sa belle-sœur par alliance et son ex lors d'un plan à quatre.

J'ai un peu l'impression que Savage Dragon passe pour une série écervelée représentative du grim and gritty des 90's. Sauf que Larsen a des choses à dires, autant que Robert Kirkman dans Invincible. Voire plus. Si on devait comparer les deux, Savage Dragon est plus proche de Walking Dead, finalement. Bien sûr, nous noterons le petit dialogue critiquant un certain défaut des films Marvel Studios mais Larsen va plutôt parler de problèmes de société comme, dans cet épisode, de l'avortement. Aucune polémique derrière tout cela, le scénariste montre seulement quel comportement une jeune femme peut avoir vis à vis d'une grossesse non-désirée. D'ailleurs, Larsen s'amuse à mettre en parallèle trois comportements radicalement différents face à cette situation.

Au final, le fait que le scénariste abordé de tels sujets n'étonne pas lorsqu'on suit la série dont les histoires personnelles des héros reposent sur les questionnements de notre société. De plus, Larsen offre l'une des série les plus ouvertes sur les minorités raciales avec son héros afro-américain (et à moitié dragon), sa copine asiatique, son meilleur ami noir, etc. Même le supporting cast semble être principalement composé de femmes au caractère fort. D'ailleurs, Malcolm est certainement le personnage le plus indécis face à la situation de sa triple paternité.

Une autre chose est remarquable dans Savage Dragon, Larsen prend des risques au point de vue de sa narration. En effet, il opte cette fois avec une structure unique de découpage pour chaque page. Il divise la largeur de sa page en trois, le premier tiers est une grande case prenant toute la hauteur de la page puis les deux autres tiers proposent cinq cases disposées verticalement. Parfois ça perd un peu de sens mais Larsen arrive quand même à bien jouer avec son découpage. Cela marche particulièrement bien sur les changements de scène.

Savage-Dragon-205-CoverSavage Dragon #205

Image Comics • Par Erik Larsen • $3.99
Larsen arrive à rendre intéressant le côté too much de la situation en évitant d'être racoleur. D'un certain côté, cela résume bien Savage Dragon. C'est un peu comme si le scénariste arrivait à trouver l'essence du Silver Age et à l'injecter dans notre époque. Ça marche bien.