The Mighty Blog

Scarlet Witch #3

Parfois, on lit des titres juste pour se faire du mal. Parce que râler un bon coup c'est la base, voici Scarlet Witch, par un James Robinson peu inspiré, et Steve "Je dessine le même visage partout" Dillon.

Parce que oui, je déteste profondément Steve Dillon depuis quelques années. Tout comme Greg Land, il fait partie de ces dessinateurs paresseux, qui dessinent systématiquement la même chose, mal, et ont arrêté de faire des efforts il y a des années. Evacuons dès maintenant la déception, c'est... assez joli.

Je n'aurais jamais cru dire ça, mais dans l'ensemble, c'est un numéro plaisant. Il y a un énorme travail sur les couleurs de Frank Martin, mais même sans ça, Dillon est en forme, et semble prendre plaisir à dessiner. Il y a des jeux sur les perspectives, de vrais décors, des visages pas encore trop difformes, sa Scarlet Witch bouge bien et la sorcellerie est bien foutue, bref, je suis dégoûté. J'étais prêt à l'insulter, et au final, il assure le boulot avec talent. Il va reprendre une série Punisher au printemps, j'espère qu'il aura ce coloriste et ce niveau, parce que ça pourrait bien me donner sérieusement envie.

James Robinson nous raconte lui un voyage de Wanda en Irlande, pour enquêter sur la mort de la magie dans le pays vert. Avec la machination qui se dévoile un peu, et de l'action supplémentaire, ce numéro accélère le rythme, mais jamais suffisamment.

A un moment, je pense que si je n'ai pas aimé la série avec trois artistes différents (et un quatrième invité ici, pour des mages magnifiques dont je vous laisse la surprise), c'est de la faute du scénariste. James Robinson arrive à rendre un titre sur un personnage fascinant horriblement chiant, en lui enlevant toute profondeur, et en la rendant complètement vide. Sa Wanda est systématiquement au deuxième plan, masquée derrière des tonnes de dialogues longs et inutiles, pour bien montrer les motivations de personnages secondaires qui disparaissent au numéro suivant.

Il ne se passe rien d'intéressant ici, et on finit par s'ennuyer. J'ai tenté de finir ce numéro à 3 reprises avant de me faire violence une dernière fois, pour constater qu'au final, il n'y a rien à sauver. C'est plat, le méchant qui se tape un monologue de 2 pages dès le début est complètement inutile et casse le rythme, et on dirait un ensemble de différents moments de remplissages pour tenter de vendre 20 pages. Quand on décide de lire un numéro sur Wanda Maximoff (et je pense aux spectateurs des films qui décident de se lancer dans le personnage par ce moyen), on na pas envie de lire un propriétaire de bar irlandais parler pendant 2 ans de son bar et du fait qu'il ne faut pas casser ses verres. Et c'est pourtant ce qu'on a.

Du coup, j'arrête le titre. On a eu trois numéros de vide absolu, ponctué d'artistes qui tente de sauver les meubles, et ça suffit. James Robinson n'arrive pas à écrire son personnage et la masque derrière des tonnes d'intrigues inutiles et inintéressantes, et c'est bien dommage vu le potentiel du titre. Wanda méritait mieux, et ses fans aussi.

Scarlet Witch (2015-) 003-000The Scarlet Witch #3

Marvel Comics • Par James Robinson & Steve Dillon • $3.99
Terminons sur une note positive et étonnante : Steve Dillon m'a surpris, et a rendu un numéro propre et bien mené. En espérant que la série Punisher à venir soit de cette trempe...