The Mighty Blog

Sideways #1

Pour le moment, la gamme The New Age of DC Heroes s'est avérée décevante, en tout cas pas aussi fraîche et revigorante qu'annoncée. Dan Didio, Justin Jordan et Kenneth Rocafort redressent la barre avec Sideways qui, malgré sa ressemblance marquante avec Spider-Man, pourrait être intéressant sur la longueur.

Je parlerai finalement assez peu de cet épisode qui présente finalement que le casting réduit de Sideways. Comme on s'en doutait, le nouveau héros de DC n'est qu'un rip-off de Spider-Man : adopté, il va dans un lycée rempli d'élèves hauts en couleur, il a son accident par accident lors d'une sortie et, il se fait des stories pendant qu'il explore les possibilités de ses pouvoirs. Mais, le contexte général est plus intéressant puisqu'il fait le lien entre The New Age of DC Heroes et Dark Nights: Metal, un lien qui était censé être au cœur de la gamme mais qui n'a été jamais évoqué dans les autres séries publiées jusqu'à maintenant. On verra bien ce que cela donne sur du long terme mais, la base donne plutôt envie de se laisser tenter.

Je me permets d'utiliser cette critique du premier épisode de cette série pour pousser un coup de gueule contre Dan Didio qui a vraiment décidé de se nous prendre pour des abrutis. Quelques jours avant la sortie de Sideways, l'éditeur-en-chef de DC et scénariste de ce titre a tenu une interview dans laquelle il attaquait, sans le nommer, son concurrent, Marvel Comics en disant que The New Age of DC Heroes avait pour but de mettre en avant des personnages issus de la diversité mais en créant de nouveaux personnages. Dans un sens c'est plutôt louable et, je comprends tout à fait que vu les très bonnes ventes de ses titres phares, DC ne veuille pas remplacer Batman par Duke au nom de la diversité.

Sauf que dans les faits, il ne s'agit que de diversité visible. En gros, que ça doit Damage ou Sideways, les personnages sont de couleur et... c'est tout ! Pis encore, dans le cas de la création de Didio, le héros est porto-ricain - comme le dessinateur du titre - mais il s'appelle Derek et vit dans une famille bourgeoise américaine qui l'a adopté. Bien évidemment, je ne critique pas que le héros soit adopté, c'est très bien de les mettre en avant - d'ailleurs le plus grand héros de DC l'est - mais, clairement, si Derek était blond et blanc l'épisode se serait déroulé de la même manière. En aucun cas, le personnage n'est nourri ni représenté par cette diversité à la différence de Miles Morales, Riri Williams, Kate Kane, Wonder Woman, Midnighter et Apollo, Kamala Khan, ou encore Kara Zor-El.

Certes, la représentation visible des minorités est importante mais, à notre époque, elle est plutôt commune (et c'est tant mieux). Se vanter de mettre des personnages diversifiés en avant alors que , dans les faits, il ne s'agit que de montrer quelqu'un d'une couleur de peau différente n'est pas un grand pas un avant, il s'agit de ce qui a été fait durant des années.

À ce stade, et vu la tournure que prend l'épisode, je trouve ça dommage que l'adolescent porto-ricain adopté par une famille d'américains typiques ne soit pas plus exploité. Au moins, dans The Silencer, Dan Abnett s'intéresse au statut de mère de famille de son héroïne - même si cela a moins de finesse que ce que Mark Millar fait dans Kick-Ass par exemple ou, que Dennis Hopeless dans Spider-Woman.

Laissons le temps au temps, peut-être qu'il sortira de tout ça quelque chose de bon et d'intéressant. Par contre, si on s'arrête à ce qui a été publié jusque-là, cela ressemble plus à une tentative de rameuter ceux qui prétendent qu'ils seraient plus intéressés par le fait que les éditeurs créent des personnages issus de la diversité plutôt que de porter les costumes de personnages établis. Peut-être que les conseillers en communication de DC aurait dû prévenir Didio qu'il s'agissait de propos tenus en grande partie par ceux qui avaient peur de paraître racistes, sexistes ou homophobes en critiquant cette diversité mise en avant.

Sideways #1

DC Comics • "Fun and Games" • Scénario : Dan Didio & Justin Jordan - Dessins : Kenneth Rocafort - Couleurs : Daniel Brown - Lettrage : Carlos M. Mangual • $3.99

À défaut de tenir les promesses de son éditeur/scénariste, Sideways tient celle d’être une bonne lecture avec un épisode qui avance bien et vite posant des bases intéressantes. Bon, le style et le goût des designs de Rocafort peuvent rebuter mais il a le mérite d’être un bon narrateur.