The Mighty Blog

Southern Bastards #8

Cet épisode de Southern Bastards conclut Gridiron. Depuis le début de ce deuxième arc, Jason Aaron et Jason Latour nous dévoilent la fin des origines de Eugene Boss, le terrible coach qui sévit sur la ville.

Nous avons découvert Eugene Boss lors du premier arc de la série et nous avons découvert sa cruauté. Plus jeune, il était loin d'être l'homme puissant et craint qu'il est actuellement. Il était frappé et moqué par les autres élèves du lycée à cause de la réputation de son père. Voilà comment en balayant son passé, il va se métamorphosé.

Cet arc m'ennuierait presque. En tout cas, mon enthousiasme pour la série a bien diminué. Depuis quelques épisodes, je compare le travail fait sur Boss à celui sur Rupertstiltskin dans la série TV Once Upon A Time tellement Aaron crée le monstre qu'il devient dans la compassion. On s'attacherait presque au personnage. La confrontation avec son père était essentielle afin de nous montrer la détermination du personnage mais son intention de changer. Mais vu qu'on sait ce qu'il devient par la suite, la conclusion de la première moitié de cet épisode est téléphoné.

La "prise de pouvoir" de Eugene est plutôt bien trouvée et révèle tout ce que le personnage a pu faire pendant toutes les années qui séparent le flashback du présent. Pourtant, j'ai un problème avec cet élément vu comment se terminer l'épisode. Pourquoi Big, le mentor aveugle de Boss, fait ce qu'il fait maintenant ? Tant d'années après s'être rendu compte de sa responsabilité dans la "création" du Boss que l'on connait maintenant.

Enfin, les dernières pages étaient attendues mais l'effet est moins réussi que lors de la fin du premier arc. Aaron nous donne l'impression que tout va réellement commencer au prochain numéro. La mise en place était intéressante, peut-être que cet arc, Gridiron, arrive trop tôt. Je me raviserai peut-être en lisant la suite de la série.

Il y a quelque chose dont le niveau ne baisse pas, ce sont les dessins et les couleurs de Jason Latour. Il arrive à créer une ambiance singulière - même s'il contribue à créer un sentiment de sympathie envers Boss. Le choix des couleurs et des teintes est important puisqu'il arrive à différencier les flashback du présent grâce à ça.

Southern-Bastards-008-CoverSouthern Bastards #8

Image Comics • "Gridirion Part 4" par Jason Aaron & Jason Latour • $3.50
Pour moi, le soufflé qu'était mon enthousiasme envers Souther Bastards est redescendu. C'est toujours très bien écrit et merveilleusement illustré, mais, selon moi, le côté "bastards" manque sérieusement. On est capable de trouver trop d'excuses à Eugene Boss pour en faire le parfait salaud. Ce n'est peut-être qu'un détail pour le moment, et vu l'univers, je me laisserai tenter par la suite de la série qui reste tout de même atypique.