The Mighty Blog

Survive! #1

Après la déception Cataclysm, Brian Micahel Bendis se décide enfin à raconter la conclusion à son event majeur pour l'univers Ultimate. Que vont devenir les héros restants, après le passage de Galactus ?

Cataclysm se terminait bien trop brutalement, et démontrait un gros manque de rythme dans la saga de Bendis. Ecrire une fin dans un chapitre supplémentaire à faire acheter au lecteur est à mon avis hautement contestable, et une des nombreuses raisons de lire la VF qui en général la propose en bloc. Ici, la lecture VO est déconseillée...

L'histoire tourne majoritairement autour de l'éloge funèbre de Captain America, qui est quand même mort n'importe comment, sans qu'on voit son cadavre (comprendre : on le revoit dans six mois ? ). L'idée de consacrer quelques pages à chaque personnage, en écho aux parties du discours que Tony Stark prononce n'est pas mauvais, mais rappelle beaucoup trop le principe des Point One chers à Marvel, qui ne sont pas un exemple à suivre. Tout ce numéro annonce donc ce qui va arriver aux personnages encore vivants, et ça s'arrête là.

Le premier problème de ce numéro, mais on n'accusera pas forcément Bendis pour ça, est qu'on sait déjà ce que deviendront les personnages au vu des annonces faites il y a trois mois. L'effet de surprise passée, il reste un numéro extrêmement mal écrit, accumulant les poncifs de ce genre de numéro; le pathos dégoulinant est complètement raté et à des années lumières de l'excellente série Ultimate Fallout, après la mort de Peter Parker. Là, on sent le passage forcé pour donner de l'importance à une mort insignifiante, et qu'on veut nous faire croire comme étant traumatisante.

L'autre problème est l'écriture de ce numéro : une fois les vingt pages terminées, on a l'impression d'avoir lu quelque chose qui aurait pu tenir en cinq pages, comme toujours avec Bendis, mais qui n'a aucune importance pour la suite. Certains dialogues sont beaucoup trop longs et redondants, et n'ont aucun intérêt. Pire encore, Bendis massacre les personnages et le travail effectué sur eux avant : son Tony Stark ressemble à une parodie du 616 et pas du tout au connard fini qu'était la version créée par Millar, et Reed Richards, qui avait pourtant massacré des millions de personnes avec une froideur inhumaine dans les Ultimates d'Hickman, devient soudain doux comme un agneau. C'est au choix un manque de considération du travail des auteurs précédents (Millar, Hickman, Humphries ou Falkov en particulier), ou un refus de considérer l'univers Ultimate comme différent du 616. Le désir de faire ressembler à tout prix Richards et Stark à leurs versions classiques est palpable, mais oublie complétement le postulat de départ de l'univers Ultimate, qui était de proposer des histoires différentes.

Joe Quinones est enfin le dernier point négatif de ce numéro: en dépit de quelques jolies pages quand les héros sont costumés, ses visages ont un aspect involontairement comique et raté, qui n'aide pas l'intrigue censée être émouvante. Le découpage de ses pages ne déborde pas d'imagination, et la partie artistique de ce numéro est finalement très décevante. On mentionnera en passant la couverture de Coipel, pas forcément le meilleur travail du français, surtout dans les proportions ratées...

Survive! 001-000Survive #1

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis et Joe Quinones • $3.99
Numéro franchement dispensable, Survive est plus un gros teaser ratée qu'une vraie bonne lecture. Bendis signe un numéro paresseux, mal écrit et incroyablement lourd, pas aidé par un Joe Quinones pas en forme. Passez votre chemin, relisez les merveilles de Millar, et attendons la suite qui s'annonce bien meilleure...