The Mighty Blog

The Goddamned #2

Jason Aaronet R.M. Guera prennent la mythologie de l'Ancien Testament et en font une œuvre épique. De ce fait, The Goddamned est un véritable bijou.

Aaron nous a montré grâce à Thor: The God of Thunder et à Weirdworld qu'il avait un talent certain pour écrire de l'heroic-fantasy. The Goddamned est dans cette droite lignée mais avec la liberté que confère une publication chez Image Comics. L'univers de la série est bien plus sale, plus proche de Conan Le Barbare des romans.

Mais, justement, si je devais faire dans la comparaison facile - exercice que je n'aime pas trop, ce second épisode The Goddamned m'a rappelé Mad Max. Pour le coup, non pas pour l'univers - bien que les deux soient peuplés de freaks, mais pour la motivation du héros en recherche de tranquillité mais qui se voit sauver la veuve et l'orphelin plutôt que trouver la tranquillité qu'il espère. La comparaison s'arrête à ça mais le procédé utilisé dans les deux oeuvres permet surtout de créer du caractère au héros. Et, Caïn semble en avoir.

L'épisode se lit très vite et le récit est plutôt assez éloigné des écrits religieux de la Bible - ce qui m'arrange bien. Aaron utilise comme référence le Premier Testament comme une oeuvre mythologique non pas comme un discours théologique. En tout cas, cela permet au scénariste de simplifier la compréhension de l'univers du fait que tout le monde - ou presque - le connait. Mais, il s'amuse également avec les codes et développe ainsi un monde sale et violent plutôt éloigné des représentations habituelles qu'on lui prête.

Pour mettre tout cela en images, Aaron retrouve son compère de Scalped, R.M. Guera. Il a un style très européen, autant en ce qui concerne son trait que d'un point de vue mise en scène. Il donne au tout une ambiance crade et malsaine et il dessine des personnages forts, reconnaissables dès le premier coup d'œil.

The-Goddamned-002-CoverThe Goddamned #2

Image Comics • "The Beasts of the Field" par Jason Aaron & R.M. Guera • $3.50
The Goddamned continue sur sa lancée, voire se bonifie. Aaron et Guera y développent un univers sale et violent mais dans lequel nous sommes près à nous aventurer par le biais de Caïn.