The Mighty Blog

The League of Extraordinary Gentlemen: The Tempest #1

Alan Moore et Kevin O'Neill font leurs adieux à la ligue

Alan Moore et Kevin O'Neill se retrouvent afin de nous offrir le dernier chapitre de la saga qu'ils ont débuté il y a de ça presque 20 ans de ça. Ainsi, ils disent leurs adieux à cette histoire qui met en valeur les héros et les héroïnes de la culture anglaise avec la mini-série The League of Extraordinary Gentlemen: The Tempest.

Autant prévenir, la lecture de cet épisode est complexe. Tout d'abord parce que Alan Moore fait des références à sa propre oeuvre mais aussi à des personnages issus de fictions anglaises - donc pas forcément connues par chez nous. Ensuite, c'est complexe par la forme ; l'épisode s'ouvre en enchaînant 3 prologues qui n'ont pas l'air d'avoir de liens entre eux. S'ensuit un enchaînement entre 3 intrigues différentes qui viennent faire écho à ces prologues et qui, au fil des pages, semblent se rejoindre.

Pour ne pas aider, chacune de ces intrigues a son propre style : l'histoire liée au premier prologue - avec 3 aventurières qui traversent le monde - a un côté pulp dans son découpage et sa narration, celle liée au second prologue ressemble d'avantage aux comics contemporains, quant à la dernière elle est découpée en comic strips comme ceux qui étaient publiés sur les quotidiens de l'époque.

Il s'agit donc d'une oeuvre travaillée et c'est bien pour cela que nous aimons lire du Alan Moore même si cela donne parfois l'impression d'être idiot. Très clairement, nous sommes loin de ce qu'il proposait avec le premier volume de The League of Extraordinary Gentlemen qui mélangeait habillement des standards de la littérature anglaises dans une histoire simple dans son déroulé mais qui était incroyablement fouillé et documenté. Mais, plus les volumes ont défilé, plus l'auteur a étoffé la ligue proposant des personnages moins connus tout en comblant son envie de "jouer" avec d'autres genres littéraires. Et, forcément, pour coller à la mythologie qu'il a créé lui-même, il a dû complexifier le tout.

Et puis, entre nous, Alan Moore a passé ces dernières années à vouloir raconter des histoires plus sophistiquées. Je ne le blâme pas, sinon je n'aurais pas lu cet épisode. À vrai dire, malgré quelques lacunes et frustrations, j'apprécie de lire ce genre de récit. D'autant plus que malgré un démarrage presque éprouvant - heureusement la magie du changement de style a fonctionné sur moi, le récit commence à prendre forme au fur et à mesure.

Ce que je trouve remarquable aussi c'est qu'en plus de cette fin d'épisode complètement folle, Moore et O'Neill rajoutent une fausse BD en vraie back-up story. Il s'agit des aventures des Seven Stars, sorte de JSA avec des personnages qui ressemblent beaucoup à des archétypes proches de la première ligue de gentlemen extraordinaires. Ces personnages qui sont cités dans l'histoire principale devraient logiquement y trouver leur place. Comment ? Seuls les prochains épisodes devraient nous le dire.

The League of Extraordinary Gentlemen: The Tempest #1

IDW Publishing • "Farewell To Forever" • Scénario : Alan Moore - Dessins : Kevin O'Neill - Couleurs : Ben Dimagmaliw - Lettrage : Todd Klein • $3.99

Le début de cette histoire n’est pas forcément très accessible parce que la manière de raconter les différentes histoires sont déroutantes, mais très vite la magie de Alan Moore et Kevin O’Neill opère. Finalement, la chose que j’arrive le moins à expliquer est cette couverture qui semble nous emmener à l’ère Victorienne alors que l’action se déroule dans le présent.