The Mighty Blog

The Multiversity: The Just #1

Sachez que vous êtes sur le point de lire la seconde mouture de la critique de The Multiversity: The Just de Grant Morrison et Ben Oliver. Lors de ma première écriture, je me suis surpris à écrire une critique de l'ensemble qu'est The Multiversity plus que de l'episode alors que, comme son prédécesseur, il s'agit d'un one-shot qui peut s'apprécier en tant que tel. Et c'est ainsi que je vais vous le présenter.

Bienvenue sur Earth-16 ou Earth-Me, une version de la Terre sur laquelle les super-héros s'ennuient à observer l'armée de robots mis en place par l'ancien Superman sauver le monde. Du coup, ils font la fête. A la veille de l'anniversaire de Kon-El, Megamorpho se suicide.

Grant Morrison écrit le monde antagoniste à celui de Kingdom Come. Un monde dans lequel Superman a réussi à enseigner la bonne morale de super-héros à ses progénitures. Bien sûr, il en est venu à créer cette progéniture.

Du coup, on lit l'histoire de super-héros qui ont l'air de s'ennuyer et dont l'unique préoccupation est de savoir ce qu'ils vont mettre à l'anniversaire de l'un d'entre eux. Enfin pas la seule, il y a Damian Wayne, le Batman de cet univers, qui s'inquiète de l'héritage que leur a légué le père de son meilleur ami. Le reste du casting fera sourire les lecteurs de DC des années 90 puisqu'on retrouve les remplaçants de cette époque des héros orignaux comme Connor Hawke, Kyle Rayner, Wally West ou encore Artemis.

The Multiversity - The Just a un ton singulier avec un monde qui semble mis en mode pause et qui, The Multiversity oblige, est peut-être en train de vivre ses derniers instants. Les personnages principaux trouvent vite une voix qui leur est propre et leur passif nous semble évident. Ce triangle amoureux compliqué a de quoi nous séduire. Surtout qu'il semble s'éloigner du reste du monde superficiel dans lequel ils vivent.

The Multiversity impose ses codes et ses thèmes redondants pourtant Morrison offre une tonalité, un contexte, une écriture et une approche radicalement différente des deux précédents titres portant ce nom. Peut-être que The Society of Super-Heroes était plus épique et intense, cela n'empêche pas que The Just est passionnant à lire.

Sincèrement, Ben Oliver aurait pu être un prétexte pour moi de ne pas lire ce one-shot. Non pas que je dénigre son travail, le dessinateur ne m'a jamais plu. Mais avouons que dans ce registre plus calme, il est tout à fait dans son élément. La scène finale fonctionne très bien sous ses crayons avec son approche brute et frontale.

The-Multiversity-The-Just-001-CoverThe Multiversity: The Just #1

DC Comics • "#earthme" par Grant Morrison & Ben Oliver • $3.99
The Multiversity continue de me séduire à travers sa série de one-shot. The Just a une ambiance pesante et pourtant fun. Quant à l'intrigue principale se dessine de plus en plus et parait de plus en plus prometteuse.