The Mighty Blog

The Multiversity: The Society of Super-Heroes #1

Grant Morrison continue d'explorer le Multivers mais en dehors de la continuité de la série principale The Multiversity. Ce premier tie-in, The Multiversity: The Society of Super-Heroes, peut très bien se lire et s'apprécier en one-shot et peut-être parce que l'auteur prépare son coup depuis des années.

La Terre est en danger. Il est temps pour Doc Fate de lancer un SOS afin de réunir des héros : The Society of Super-Heroes est née mais est-ce que la SOS est prête à repousser la menace venue d'un autre monde.

Comme je l’écrivais dans mon chapeau d'article, Morrison a planifié son événement depuis longtemps (depuis la fin de Countdown en 2008) et ça se ressent. Pas dans l'histoire en elle-même - mais il y a certainement des signaux qu'on ne perçoit pas encore, mais dans son ensemble. Il y a bien la carte du Multivers qu'il a mis en place et dévoilé récemment. Et, on peut également voir sur le côté gauche de la couverture des numéros indiquant quels mondes sont impliqués. Dans cet épisode, on découvre donc Earth-20 et Earth-40.

Cela aurait pu être la présence de Chris Sprouse qui me fait penser ça, mais on retrouve sur bien d'autres points un côté Tom Strong dans cet épisode. Certainement dû à la présence de Doc Savage qui est l'inspiration forte dans la création du personnage d'Alan Moore. Dès la première page, on retrouve cette sensation et dès ce moment-là on trouve quelques repères. Justement, Morrison tente de raccrocher le lecteur à une ambiance rassurante tout en nous dévoilant un univers complètement inconnu. Les motivations de chacun sont simples à cerner et le danger n'est pas loin précipitant l'action et nous imposant des personnages qu'on apprécie rapidement. L'équipe a une formule rappelant la JSA originale (celle de Earth-2) et offrant une galerie de personnages qui donne envie d'en lire plus.

Même si l'histoire est abordable, elle n'en est pas moins complexe. Heureusement, Morisson ménage son lecteur avec le rythme de son histoire et apporte les informations au fur et à mesure.

On notera également l'importance de la bande-dessinée dans la bande-dessinée. Dans le premier épisode de Multiversity, je prenais ça comme... Eh bien, justement je ne savais pas comment l'interprèter. C'était moins évident que dans Animal Man, dans Flex Mentallo ou, plus récemment, dans Annihilator. Pourtant, l'une des clefs de The Multiversity semble être là. Ces univers qui se créent dans les bandes-dessinées prennent vie ou les comics sont des portes vers d'autres univers. Pourquoi ? Par quel biais ? On ne le sait pas encore même si on a une piste plus que sérieuse. En tout cas, le concept actuel est intéressant et, puis la manière de la présenter n'est pas subtile mais je pense que Morrison veut utiliser la mise en abyme afin de proposer quelque chose de nouveau. Tout du moins, je l'espère. Surtout qu'avec sa mini-série pour Legendary publiée en ce moment, ça serait redondant.

Chris Sprouse s'est tellement amélioré depuis toutes ces années. Il est passé d'un trait simple et rétro (Supreme) à quelque chose de plus précis (Tom Strong). Ici, son trait a pris encore de l'assurance et on regrette de le voir si peu utilisé. La colorisation de Dave McCaig est magistrale.

The-Multiversity-The-Society-of-Super-Heroes-001-CoverThe Multiversity: The Society of Super-Heroes #1

DC Comics • "Conquerors from the Counter-World" par Grant Morrison & Chris Sprouse • $3.99
À la base, je ne voulais pas lire de tie-ins sur The Multiversity. Mais la présence d'un grand dessinateur comme Sprouse m'a motivé à acheter l'épisode et j'en suis bien content. À tel point que je vais acheter les autres épisodes. Grant Morrison a bien préparé son épisode pour apporter de nouveaux éléments à la trame principale tout en racontant un épisode autonome. Ça a un nom : le talent.