The Mighty Blog

The Multiversity: Ultra Comics #1

Voici donc le dernier numéro one-shot de la série The Multiversity - et avant-dernier épisode de l'ensemble, celui que nous avons tant aperçu dans les pages des précédents épisodes, celui qui nous annonce la fin du monde sur la couverture, celui qui nous donne un malin plaisir à tourner les pages malgré l'interdiction du protagoniste principal, celui dans lequel il n'y a pas de retour en arrière possible. Voici The Multiversity: Ultra Comics par Grant Morrison et Doug Manhke !

Voici un épisode qui a autant de forme que de fond. Morrison débute l'épisode en s'adressant par l'intermédiaire de son héros au lecteur et en l'avertissant du danger que provoquera la lecture de ce comicbook. Mais qui dit qu'il n'est pas déjà trop tard ? En fait, le scénariste nous avait déjà prévenu des conséquences de la lecture de cet épisode dans The Multiversity: Pax Americana avec la scène pendant laquelle The Atom lit Ultra Comics. Mais, malgré l'avertissement, le piège se referme sur le lecteur fermant la boucle ramenant à l'intrigue principale à ce que nous avions laissé en suspens dans The Multiversity #1.

Vous n'êtes pas sûr de comprendre ? Tant mieux ! Je vous laisse alors le plaisir de comprendre tout cela en lisant cet épisode.

Mais il s'agit là de la couche méta de la série ; comment ce récit a de l'importance au sein de The Multiversity. Mais, comme tous les one-shots précédents, il peut se lire sans avoir lu aucun autre récit. Cela sera difficile de comprendre les subtilités, c'est certain, mais pas d'apprécier l'histoire. Il s'agit celle d'Ultra Comics, un héros de papier qui a été créé de toutes pièces à partir de comics. C'est un héros qui évolue au fil du temps passant du Golden Age au Dark Age. On retrouve du Miracleman dans Ultra Comics. Un jour, l'ultra gem qu'il porte au milieu du front regroupant l'imagination des auteurs et des lecteurs l'emmène "en dehors de la boîte" dans un lieu étrange en déconstruction mais où le sort du Multivers est en jeu.

Il y a un peu du Final Crisis dans ce que fait Morrison dans cet épisode. Je pense même qu'on peut certifier qu'il s'agisse d'un moyen de rattraper l'effet bof de ce qu'il avait réalisé durant cette Crise. En effet, l'idée de The  Multiversity a germé dans l'esprit du scénariste pendant l'écriture de l'hebdomadaire Countdown. À l'époque, le projet ambitieux n'avait pas eu assez de temps pour arriver à maturation. Ici, ça se voit que Morrison a pris le temps de créer son histoire, il a trouvé un rythme et il y crée un monde cohérent avec un but clair.

D'ailleurs, le fait que Doug Manhke fasse partie de l'aventure n'est peut-être pas anodin. Avec le scénariste, il avait travaillé sur Final Crisis justement. Lui aussi a le droit à une "seconde chance". Autant je peux critiquer - je ne suis pas fan de tout ce qu'il fait - le travail du dessinateur autant il arrive à me capturer ici et à me contraindre à aimer son style que je trouve plus solide que sur son court passage sur Justice League. Les premières pages sont plus que réussies et mettent dans l'ambiance immédiatement. C'est vraiment une réussite sur toute la ligne cet épisode.

The-Multiversity---Ultra-Comics-001-CoverThe Multiversity: Ultra Comics #1

DC Comics • "Ultra Comics Lives" par Grant Morrison & Doug Manhke • $4.99
Voilà Morrison a pris les deux extrémités de son histoire et les a raccordées pour en faire une boucle mais dont le sens de rotation est à l'opposé de ce que l'on attendait. Il s'agit autant du début que de la fin de la saga mais à laquelle le lecteur a participé en amenant une suite inattendue. The Multiversity est de ce que les comics ont proposé de mieux depuis ces quelques dernières années.