The Mighty Blog

The Silencer #1

DC Comics continue de lancer ses premiers titres The New Age of DC Heroes, une gamme mettant en avant ses artistes les plus réputés et amenant de personnages inédits dans le DC Universe. Cette semaine, nous avons découvert The Silencer, une ancienne tueuse de Leviathan obligée de reprendre du service. Dan Abnett et John Romita Jr sont aux commandes, ce qui annonçait plutôt du bon.

Jusque-là, le nouvel âge des héro•ïne•s DC se résume un peu à des dessinateurs qui ont connu leur période de gloire dans les années 90 et des histoires qui manquent véritablement d'originalité. Ce qui n'empêche que The Silencer à pour elle un personnage aux dons originaux qui ne sont pas sans rappeler des personnages comme Resurrection Man ou les créations de Warren Ellis pour Wildstorm. Certes cela résonne un peu comme les années 90 - voire début des années 2000 - mais très clairement, DC lorgne vers ce public fidèle qui a tendance à ne pas se retrouver dans les dernières créations en date.

D'ailleurs, DC va complètement dans le sens de prendre les tendances du moment à contre-courant par exemple en créant des personnages inédits et leur attribuant leurs propres titres solo plutôt que la technique Marvel - celle qui n'avait pas fonctionné pour DC You d'ailleurs - de remplacer les héros et les héroïnes établis (de manière éphémère) par une nouvelle génération de personnages. Le pari est risqué mais, avouons-le, certaines équipes créatives envoient du rêve. Mais, passons...

The Silencer s'appelle maintenant Honor. Cette ancienne tueuse a été libérée de ses engagements pour l'organisation criminelle Leviathan par Talia Al-Ghul elle-même. Depuis, elle s'est mariée et a eu un enfant. Tout se passe bien dans sa vie jusqu'à ce que son passé revienne à la charge.

Dan Abnett tente une approche qui n'est pas sans rappeler du Brian Michael Bendis dans la forme avec un flashforward teasant la suite avant de focaliser sur la vie de famille de notre héroïne avec des scènes du quotidien. Sauf qu'il ne le fait pas très bien... Cela ne rend pas l'épisode insupportable ou raté mais cela manque de patate, de suspens et de surprise. L'histoire est sur un chemin balisé malgré un effort de tenter d'être "original" dans la forme. Du coup, le scénariste se sent obliger de marquer des points importants à son intrigue de manière lourde - quitte à faire passer Blake le mari de Honor pour le pire des idiots.

Je sais que les démarrages des histoires signées par Abnett ne sont pas forcément réussis. Je m'étais forcé pour Hercules pour continuer au-delà du deuxième épisode et, apparemment, j'aurais dû pour Aquaman. J'avoue que le personnage de The Silencer a un capital sympathie pas négligeable, d'autant plus que son pouvoir de créer une bulle de silence est plutôt chouette.

Malheureusement, John Romita Jr désert sérieusement le numéro. Les premières pages se succèdent sans aucune logique, les enachînements sont raté et le design de la tenue de The Silencer est franchement raté ne permettant pas de rendre évident la scène finale. En même temps, le dessinateur s'en va au numéro 3, donc pas de soucis à avoir sur ce sujet si le scénario arrive à sortir des sentiers battus.

The Silencer #1

DC Comics • "Code of Honor" Part 1 • Scénario : Dan Abnett - Dessins : John Romita Jr - Encrage : Sandra Hope - Couleurs : Dean White - Lettrage : Tom Napolitano • $3.99

Si je lis le prochain numéro de Damage pour une certaine curiosité presque malsaine, j’avoue avoir été séduit par The Silencer qui a pourtant quelques défauts similaires. Si Dan Abnett essayait de prendre plus de risques dès le début, le titre pourrait vraiment devenir intéressant par la suite.