The Mighty Blog

Thors #3

Ultimate Thor enquête sur une série de meurtres étranges qui se sont produits dans le Battleworld de Doom. Jason Aaron nous raconte une investigation particulière des Thors qui mène peut-être à quelque chose de plus gros qu'ils ne l'auraient voulu.

Ultimate Thor est impliqué personnellement dans l'enquête sur le meurtre de toutes les Jane Foster du Battleworld. En effet, lors de l'investigation, son co-équipier est mort tué par Loki semble-t-il. Les Thors ont réussi à mettre la main sur le suspect et ils s'apprêtent à l'interroger mais, pas sûr que les réponses plairont à tout le monde.

Lors de la lecture de l'épisode, je suis passé par plusieurs stades. D'abord la déception de voir Chris Sprouse dessiner que quelques pages. Il n'est guère étonnant qu'il tienne la cadence de parution mais, bon, j'adore son travail. Au final, on se retrouve avec Goran Sudzuka qui, par moments, tente de se rapprocher un maximum du dessinateur vedette. Ce n'est pas forcément très solide.

Heureusement, Aaron me redonne le sourire en confrontant Loki à (un) Thor. Le face à face qu'on attendait de voir écrit par le scénariste depuis un moment. Sauf que la déception m'a envahi une seconde fois. Bien qu'il se dit des choses intéressantes notamment sur le paradoxe dimensionnel qu'est le Battleworld, l'épisode est très bavard sans réel rythme.

Enfin, je suis repassé par un sentiment de joie en terminant l'épisode non pas parce que le scénariste dévoile le meurtrier (ou plutôt le supposé meurtrier) mais parce que le cliffhanger est excellent avec l'arrivée du personnage volontairement mis de côté mais qui semble être la clef du mystère.

Si la qualité semble baisser d'épisode en épisode - le premier numéro était magistral, l'intrigue tient ses promesses jusque-là. Mais, encore une fois, on est en droit de se demander à quoi cela va servir dans le contexte de Secret Wars et au-delà.

Thors-003-CoverThors #3

Marvel Comics • Par Jason Aaron, Chris Sprouse & Goran Sudzuka • $3.99
Ce troisième épisode de Thors est mi-figue mi-raisin. Le manque de Chris Sprouse et le dialogue interminable gâchent un peu le tableau. Paradoxalement, cela reste une très bonne histoire avec de bons rebondissements.