The Mighty Blog

Thunderbolts #19

Parfois, il y a des trucs encensés par la critique qui déçoivent lamentablement. Parfois, il y a des trucs moches et inintéressants à première vue qui s'avèrent être géniaux : c'est le cas de la série Thunderbolts depuis quelques temps...

Les débuts de la série estampillée Marvel NOW ! m'avaient déçu comme jamais : Daniel Way était peu inspiré et ennuyait, et Steve Dillon ne se donnait même plus la peine de faire illusion, et se vautrait dans la laideur la plus totale. Après le départ des deux , la série a pris un tournant assez étrange. Pour résumer, les personnages ont décidé qu'à tour de rôle, ils accompliraient une mission commanditée par l'un d'entre eux. Après une mission du Punisher dérangée par Infinity, l'équipe se dirige vers la prochaine cible.

C'est là tout le pitch de l'épisode écrit par Charles Soule. Toute l'action se passe dans un van, et Samuel Sterns, le Leader, échafaude un plan pour mettre un terme à son esclavage et assassiner les Thunderbolts. C'est tout. Et c'est brillant : c'est fun, ça se lit vite, et c'est une excellente utilisation de Sterns, qui retrouve ici un peu de son aspect "grand malade" qui lui manquait. Même si on ne croit pas une seconde à ce qu'on lit, il faut avouer que c'est quand même extrêmement drôle.

Si il y a quelque chose qui divisera par contre, ce sont les dessins de Gabriel Hernandez Walta. L'artiste, qu'on avait vu récemment sur Astonishing X-Men et qu'on retrouvera sur la série consacrée à Magneto a un style bien particulier. Toujours dans l'exagération et les délires anatomiques, son trait peut osciller entre le brouillon, l'hilarant, et l'horrible dans la même page. C'est un style vraiment intéressant, pour peu qu'on arrive à rentrer dedans.

001Thunderbolts #19

Marvel Comics • Par Charles Soule & Gabriel Hernandez Walta  • $3.99
La série semble avoir enfin trouvé son âme. Malsaine mais toujours très fun, elle est une excellente surprise depuis quelques mois et mérite de faire revenir les lecteurs qui avaient fui. Soule semble avoir compris qu'avec un casting comme ça il y avait moyen de faire quelque chose de génial, et Walta reste parfaitement dans l'esprit bizarre de la série. Jetez-y un œil, ça vaut le coup.