The Mighty Blog

Uncanny X-Men #27

Avec cet épisode de Uncanny X-Men, il est impossible de ne pas constater la différence de ton entre les deux séries X-Men écrites par Brian Michael Bendis. Forcément, on reconnait le style de l'auteur mais il offre aux mutants de Cyclops des aventures plus massives mais surtout avec une réflexion différente.

Même mort le Professeur Xavier arrive à être omniprésent dans la vie des X-Men. Cette fois, les mutants doivent payer les erreurs passées de Xavier en arrêtant un jeune mutant manipulé par le télépathe pendant de longues années.

Il ne faut pas longtemps pour cerner l'intention de Bendis concernant Matthew Malloy. Il y a un parallèle avec Cyclops et la fin de l'épisode est quelque part convenue - mais pas forcément attendue de la sorte. En tout cas, on termine l'épisode intrigué.

En tout cas, le mutant découvrant son pouvoir de mutant est adapté adapté à l'ambiance globale des X-Men : il est perdu et sans repère. Je trouve tout de même dommage que Bendis ne profite pas de cet événement afin de retisser des liens - même minimes - entre les différentes factions X-Men.

Bendis gère très bien son rythme et, même s'il arrive à nous placer ses gimmicks comme une armée de super-héros et un Hellicarrier qui s'écrase (le S.H.I.E.L.D. doit avoir un budget illimité vu le nombre d'appareils de la sorte qu'ils perdent), il rend le tout passionnant. Il arrive aussi à amener quelques touches d'humour bien placées et qui collent tout de même avec l'état d'urgence de l'épisode.

La surprise vient de Chris Bachalo qui fait évoluer son art. Peut-être qu'à force il se lasse un peu de dessiner les X-Men et des Hellicarriers qui s'écrasent. En tout cas, il se rapproche toujours plus de son idole Michael Golden mais travail d'avantage les visages de ses personnages. Sa Rachel est magnifique.

Uncanny-X-Men-027-CoverUncanny X-Men #27

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis & Chris Bachalo • $3.99
Bendis continue Uncanny X-Men dans sa lignée. C'est passionnant et bien construit même si, des fois, Bendis utilise trop les même effets. En tout cas, cet arc propose des choses intéressantes et j'espère que ça ne se terminera pas en eau de boudin parce que, à ce stade, tout est possible ; le meilleur comme le pire.