The Mighty Blog

Uncanny X-Men #32

Uncanny X-Men n'est pas une série connue pour avancer rapidement, et vient seulement de finir son énorme arc ouvert pendant Original Sin. Si on sent bien que Brian Michael Bendis a dû modifier ses plans en cours de route (la pression éditoriale ? Sa lenteur ?), la conclusion met enfin ses intrigues à jour dans l'univers Marvel, et tente d'expliquer la fameuse révolution mutante...

Je sens qu'en écrivant cet avis, l'autre moitié du site va venir me dire que j'ai tort, et m'insulter à travers sa longue barbe qu'il laisse pousser en attendant que Bendis finisse ses histoires. Pourtant, si j'ai reconnu d'immenses qualités sur son début de parcours mutant, je suis resté de marbre ces derniers mois, depuis Battle of the Atom à vrai dire. Les intrigues ne bougent pas, les arcs s'enchaînent sans grande utilité autre qu'une construction paresseuse des personnages, et je m'ennuie. L'arc sur le testament de Charles Xavier aura duré huit mois, alors qu'il aurait à mon avis pu être plié en 4 numéros. Que vaut donc sa conclusion ?azfazf

Il y a deux lectures qui peuvent en être faites, et à mon avis les deux fonctionnent aussi bien l'une que l'autre. D'un point de vue éditorial, Bendis semble avouer qu'il n'avait aucune idée d'où il allait, et que la fameuse révolution n'était pas ce à quoi on s'attendait. Avec la série qui se termine dans quelques mois, c'est une manière plutôt intelligente de finir. On me répondra bien sûr que c'est ce qu'il voulait depuis le début, mais vu à quel point l'auteur aime planifier des sagas sur des années, on ne m'enlèvera pas de l'idée qu'il avait autre chose en tête.

A côté de ça, la justification s'insère parfaitement dans la narration, et donne du coup un nouveau sens à la série. Cyclope est au plus bas mais continue encore de creuser, lâché par tous hormis son frère, et sa descente aux enfers est enfin bien construite. Dans ses dialogues avec Emma et Havok, Scott est écrit avec beaucoup de justesse, et on voit enfin à quel point ces dernières années l'ont atteint. Bendis est un excellent dialoguiste, et il est ici très en forme, loin de ces discussions qui n'ont aucun sens qu'il nous sert parfois. Le numéro est avare en action, et se concentre sur trois scènes de dialogues qui s'entremêlent avec un brio qui fait plaisir à voir et nous fait espérer que le Bendis des grands jours est enfin revenu.aaa

En plus de ça, la relation entre les deux frères Summers, qu'on nous annonce depuis des mois, est une franche réussite. Les deux sont touchants ensemble, brisés par des combats qui les ont changés, et le tout sonne juste. Pour la première fois depuis longtemps, je trouve qu'il n'y a rien à jeter dans l'écriture. Certes, ça ne fait pas beaucoup avancer l'action, mais c'est une conclusion parfaite à tous ces numéros vides de sens à mes yeux. On nous explique enfin ce qu'est la fameuse révolution de Cyclope, et si elle ne conviendra pas à tous, elle est parfaitement sensé.

Chris Bachalo peut profiter de ce numéro pour se reposer, après les scènes d'explosions de ces derniers mois. Il gère cependant impeccablement les dialogues de l'auteur, et réussit à ne pas rendre l'énorme script ennuyeux ou indigeste. C'est par contre assez froid, notamment à cause des couleurs, mais pour un numéro comme ça, c'était obligatoire.

Uncanny X-Men (2013-) 032-000Uncanny X-Men #32

Marvel Comics • Par Brian Michael Bendis & Chris Bachalo • $3.99
Si ce numéro était arrivé il y a un an et demi, j'aurais encore foi en Bendis. En attendant, c'est une conclusion bienvenue à des intrigues interminables, faite avec beaucoup de talent et de justesse. Bendis est encore capable d'être touchant, quand il s'en donne la peine.