The Mighty Blog

Venom #2

Donny Cates et Ryan Stegman passent leur temps à troller sur Twitter en clamant que Venom surpasse Watchmen. Pour le deuxième numéro, peuvent-ils se comparer à l'oeuvre d'Alan Moore ?

Bien sûr que non, vu que les deux ne sont absolument pas comparables. Mais voir ces deux adultes passer des heures à troller gentiment me fait beaucoup rire. Je rirais moins si la série qu'ils publient n'était pas excellente, mais il faut l'avouer, ce second numéro arrive à être aussi bien que le premier, voir plus.

Eddie Brock est mort, le torse transpercé, et il est seul au fond d'un tunnel de maintenance. Son symbiote va devoir s'occuper de ce léger problème, et pendant ce temps-là, on va en apprendre plus sur Rex, le mystérieux soldat qui l'a embauché... Sans compter sur ce qui est apparu à la fin du dernier numéro, ce qui fait donc un joyeux bordel à gérer pour Venom...

Après le rythme incroyable du premier numéro, Donny Cates temporise les choses, en donnant des explications bienvenues quant aux différents acteurs de ce numéro. En plus d'un rappel de la vie d'Eddie Brock, on découvre un flashback incroyable et surprenant sur une guerre lointaine, qui va nous faire voyager bien plus que prévu. On met ensuite un pied timide vers le cosmique dans une double page magnifique, avant de retourner vers l'horreur et étonnamment le film de monstres géants. Cates gère les changements de style et arrive à créer une histoire homogène avec toutes ces atmosphères, ce qui n'était pas gagné vu que le numéro est finalement assez riche.

On pouvait s'attendre à de la grosse baston, mais c'est finalement léger de ce côté-là. Tant mieux, parce qu'il y a d'excellentes idées de développement des personnages. On a toujours du mal à comprendre où Cates veut en venir avec son Dieu qui arrive sur Terre, ou même les réactions du symbiote, mais ça marche. Comme dans un bon film d'horreur, on a quelques éléments de réponse, on voit rapidement le monstre en action, et c'est tout. C'était risqué de mettre un numéro de transition et d'explications dès le second épisode de la série, mais c'est tellement bien fait que la suite n'en sera que meilleure.

Ryan Stegman fait encore et toujours des merveilles, et il rend ici les meilleures pages de sa carrière pour l'instant. La colorisation de Frank Martin est excellente (et renforce un peu le côté Deodato Jr. des pages), et rend les pages de l'artiste encore plus fortes. Il y a des idées géniales, notamment le flashback sur Eddie Brock mêlé à une opération cardiaque immonde, qui donne un délicieux côté horrifique au numéro.

Venom #2

Marvel Comics • Scénario : Donny Cates - Dessins : Ryan Stegman - Encrage : JP Mayer - Couleurs : Frank Martin - Lettrage : Clayton Cowles • $4.99

Second numéro toujours aussi bon pour cette série qui promet énormément. Cates et Stegman fonctionnent parfaitement ensemble, et il semblerait qu’on ait là enfin une excellente série sur Venom. Vivement le prochain numéro qui va ramener le personnage de force dans un univers Marvel plus large !