The Mighty Blog

Wolf #7

Ales Kot fait du Ales Kot dans ce nouveau numéro de Wolf. On retrouve l'écriture qu'il avait parfois dans Material ou Zero, avec des passages très mélancoliques, mais très bien écrits. Retour sur le 7ème numéro, sorti chez Image Comics.

Ce numéro ne fait pas la part belle à l'intrigue principale, mais au lieu de ça, Ales Kot s'intéresse au passé de Wolfe, notamment sa rencontre avec "la sorcière", ainsi qu'avec d'autres soldats qui étaient présents en Irak avec lui. On a alors un aperçu de la relation ambiguë qu'elle a avec Wolfe, et plus particulièrement ce mélange d'amour et d'emprise qu'elle a pour lui.

En parallèle, on suit la descente aux enfers (non littéral) d'un homme après son divorce. On n'en sait pas beaucoup sur celui-là, sauf qu'il semble quand même avoir un lien avec l'intrigue. Ma théorie – j'ai vérifié plusieurs fois si aucun indice ne venait dire le contraire – c'est que cet homme est un des anciens camarades d'Antoine Wolfe, qui souffre de TSPT. Ce genre de personnages collerait bien avec les idées d'Ales Kot. Il nous parle aussi de l'histoire de la femme des rêves d'Antoine, brûlée vivante un peu plus tôt dans sa vie, dans un monde qui a en fait toujours été violent.

Wolf continue d'être bien écrit, malgré un numéro 6 un peu plus faible. L'apocalypse promise se rapproche peu à peu, Kot mettant en place l'équipe qui recherche Antoine Wolfe. Les dessins de Ricardo López Ortiz sont très réussis. Touchant quand il faut, efficace, son trait est toujours aussi maîtrisé, avec cette capacité à mélanger le mignon et les choses un peu plus sales. Il est bien aidée par un Lee Loughridge toujours aussi bon, donnant une vraie ambiance à chaque case. C'est un vrai plaisir de lire les cases de cette équipe créative.

Wolf #7

Image Comics • Par Ales Kot & Ricardo López Ortiz • $3.50
Après un numéro 6 un peu en deçà, Wolf revient fort ce mois-ci. Ales Kot et Ricardo López Ortiz agrandissent le casting de la série, tout en la rendant plus humaine. Vivement l'apocalypse.