The Mighty Blog

Wonder Woman #40

Cet épisode de Wonder Woman est l'avant-dernier avant la fin de l'arc en cours qui se terminera dans un annuel. Meredith et David Finch amènent l'amazone/Déesse de la Guerre/super-héroïne face aux conséquences de son cumul de mandats. Ce qui l'amène à faire face à une figure bien connue des fans de DC.

S'il y a bien un truc que les émissions culinaires nous ont bien appris c'est que la présentation d'un plat est aussi importante que le goût. Et, il faut penser à un bon assaisonnement. En gros, en balançant votre plat dans l'assiette et que la viande est recouverte par un amas d'accompagnement et qu'en plus il manque du sel, vous gâchez le potentiel de votre plat qui se retrouve catégorisé en "peut mieux faire". Ce plat, c'est cet arc de Wonder Woman par Meredith Finch.

Les idées que la scénariste a trouvées sont intéressantes surtout ce qui se passe sur Paradise City, à vrai dire. Mais il manque de liant et de consistance pour que cela devienne "croquant-gourmand".

Je pense que la scénariste essaie de trop s'éparpiller et que, dans cet épisode, l'histoire prend le dessus par rapport à la dynamique qu'elle tente de mettre en place.

Puis, il y a le fait que Diana se confie à tous les gens qui passent. On a vu depuis le début : Aquaman, sa colloc, une amazone, Batman, Superman... Bref, chaque personne qui passe devient son nouveau confident. Cela fait que le lecteur n'a plus de repaire. La scénariste, plutôt que de créer un micro-univers avec un supporting-cast solide, propose un méli-mélo de personnages interchangeables.

Dernier point un peu deçà, c'est la caractérisation de Wonder Woman. Elle a les dialogues d'une cheerleader. La première ligne de dialogue de cet épisode est ridicule. "Pose ton arme avant qu'il y ait des blessés ", dit-elle entourée d'amazones qui veulent la voir partir en affrontant une machine prête à la tuer pour récupérer le trône. On est loin de ce que nous pouvions lire au début des New 52 ou actuellement dans Justice League et Superman/Wonder Woman. Dans ces séries, l'héroïne serait plus prête à empaler son adversaire puis à discuter. Ce point n'est pas tant la faute de Meredith même si elle devrait imposer auprès de son éditeur cette différence de ton.

Vous l'aurez compris, le plat a un goût intéressant mais manque d'épice. En revanche, la présentation est ratée. La viande est cramoisie, il y a des traces sur l'assiette, il y a une branche d'épinard qui traîne. Bref, David Finch dessine. Mais, je dois avouer, il est encore en-dessous de ses compétences. Les perspectives sont ratées, aucun dynamisme dans les mouvements, aucune fluidité dans l'action et dans la lecture, des visages ratés et une obsession presque gênante à montrer les dents de Wonder Woman. Oui, David ! Elle se brosse bien les dents, Diana, et son sourire est éclatant. Merci Ultra Brite !

Wonder-Woman-040-CoverWonder Woman #40

DC Comics • Par Meredith & David Finch • $3.99
C'est dommage que la lecture soit gênée par des petits trucs, le run pourrait être plus intéressant et plus plaisant à lire. Cela fait amateur autant dans les dessins que dans le scénario mais nous ne pouvons pas critiquer la passion que mettent les auteurs dans la série. On aurait tout de même aimé quelque chose de plus solide.